Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Poitiers : la CCI ne financera plus l'aéroport en 2020, de nouveaux financeurs recherchés

mercredi 28 novembre 2018 à 19:02 Par Fanny Bouvard, France Bleu Poitou

Depuis plus d'un an, la Chambre du Commerce et de l'Industrie de la Vienne souhaitait quitter le syndicat mixte qui gère l'aéroport de Poitiers. La décision vient d'être en partie actée et au premier janvier 2020, la CCI ne participera plus du tout au financement.

Un avion atterrissant à l'aéroport de Poitiers en juin 2017.
Un avion atterrissant à l'aéroport de Poitiers en juin 2017. © Radio France - Mélanie Barbotin

Poitiers, France

Au premier janvier 2020, la CCI de la Vienne ne participera plus au financement de Poitiers-Biard. La sortie de la Chambre de Commerce et de l'Industrie du Syndicat Mixte de l'aéroport sera totalement validée courant décembre. Depuis 2017, la CCI expliquait ne plus avoir les moyens de participer au financement du déficit de l'aéroport poitevin. 

Environ 750.000 euros de financement en moins

Chaque année, un tiers du financement de l'aéroport est assurée par la CCI, environ 750.000 euros. La Chambre va bien payer sa part jusqu'au 31 décembre 2019. Le reste sera toujours versé à parts égales par la communauté urbaine de Grand Poitiers et le Département de la Vienne. Mais les deux autres membres du syndicat mixte doivent maintenant trouver une solution pour 2020. 

Une concertation doit avoir lieu "rapidement" avec l'ensemble des acteurs du territoire, aussi bien entreprises que collectivités. Le Syndicat mixte va devoir trouver de nouveaux interlocuteurs et une nouvelle "gouvernance". La région Nouvelle Aquitaine a été claire, elle ne mettra pas la main à la poche. Le syndicat mixte pourrait donc se tourner vers des investisseurs privés, certains patrons ont déjà été contactés discrètement. 

En revanche, si la concertation ne donne rien et qu'aucun nouveau partenaire ne se présente, Grand Poitiers et le département devront se partager l'addition annuelle de plus de deux millions d'euros.

La région Nouvelle-Aquitaine ne prendra pas le relais

Le président de la région Nouvelle-Aquitaine l'a réaffirmé au micro de France Bleu Poitou, début novembre. "La région ne peut pas traiter de la même manière les villes qui ont eu une gare TGV comme Poitiers et celles qui n'en n'ont pas, donc on a mis en place une stratégie", a souligné Alain Rousset. La région semble donc privilégier son soutien aux aéroports locaux aux villes qui n'ont pas une desserte TGV vers Paris