Économie – Social

Pôle thermal d'Amnéville : bataille de présidents et grève des salariés

Par Julie Seniura, France Bleu Lorraine Nord jeudi 4 août 2016 à 19:13

Le pôle Thermal d'Amnéville réunit la cure St-Eloy, Thermapolis et la Villa Pompéi.
Le pôle Thermal d'Amnéville réunit la cure St-Eloy, Thermapolis et la Villa Pompéi. © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Une partie du personnel du pôle thermal d’Amnéville a cessé le travail, toute la journée de ce jeudi. Les grévistes ont voulu exprimer leur soutien à leur directrice, Anne Bello, arrivée en mai dernier, et dont la nomination a été contestée en justice par son prédécesseur Laurent Fanzel.

Une décision de justice qui met le feu aux poudres ! Une partie du personnel s'est mis en grève ce jeudi au pôle thermal d'Amnéville.

La cure St-Eloy est restée fermée : environ 80% des 130 salariés ont passé la matinée dans le hall de la station thermale, avec du café et une pétition, pour expliquer la situation aux curistes. En revanche, Thermapolis et la Villa Pompéi ont pu fonctionner normalement.

Grève de soutien

Cette grève des salariés avait pour but d’exprimer le soutien des salariés à leur présidente, Anne Bello, alors que la justice vient de rendre une décision de justice favorable à son prédécesseur, Laurent Fanzel, évincé en mai dernier après sa mise en examen pour abus de confiance...

Le reportage de Julie Seniura

Les grévistes disent avoir souffert des déboires judiciaires de leur précédent dirigeant, des difficultés financières... mais ils ont retrouvé un peu de sérénité depuis le mois de mai, et l'arrivée d'Anne Bello. Ludivine Bernardy est déléguée CGT du pôle thermal.

« On commençait à reprendre confiance, à reprendre espoir… On venait au travail avec un certain soulagement. Aujourd’hui [cette décision] remet tout en cause. »

Les salariés ne disent pas faire grève contre Laurent Fanzel, mais pour soutenir Anne Bello : la nuance est importante pour Isabelle Savino, déléguée du personnel.

« Avec notre nouvelle présidente, on a retrouvé un climat serein. Et on travaille dix fois mieux dans un climat apaisé et serein. De toute façon, il [Laurent Fanzel] est présumé innocent tant qu’il n’a pas été jugé, à lui de nous montrer ses capacités à gérer une entreprise… »

Contrôle judiciaire

De son côté, Laurent Fanzel ne se dit pas plus affecté par ce mouvement des salariés. Il a été mis en examen en avril dernier pour abus de confiance, mais l’enquête judiciaire suit son cours, et son contrôle judiciaire a été partiellement levé. Son avocat va en demander la levée totale, pour que son client puisse être totalement libre de contacter les autres membres du conseil d’administration du pôle thermal.

En attendant, Laurent Fanzel a hâte de pouvoir reprendre ses fonctions.

« Avant cette assemblée générale rocambolesque, j’étais président et directeur général. Aujourd’hui je redeviens ce que j’étais avant le 12 mai 2016 à 18h. Je reprendrai mon poste. Ceux qui pensaient que j’allais craquer… dommage pour eux. »

Laurent Fanzel dénonce une manipulation politique dans cette affaire

« Tout est manipulé. C’est quand même extraordinaire : le pôle thermal a des difficultés financières, or la personne qui était soi-disant à la tête du pôle thermal est à l’origine de cette grève… Le pôle thermal peut se permettre de fermer une journée, avec toutes les conséquences financières, pour des raisons personnelles, pour une pseudo chef d’entreprise ? C’est du pur délire ! »

Laurent Fanzel affirme que la grève des salariés n'est pas si spontanée...

Derrière ces accusations, Laurent Fanzel accuse Eric Munier, le maire d'Amnéville, de tirer les ficelles… Ce que réfute ce dernier.

« Je ne vois pas comment je pourrais manipuler des salariés qui se sont mis en grève spontanément. La seule chose importante pour la commune d’Amnéville, c’est que les choses se passent bien, et que ce fleuron qu’est la cure thermale puisse fonctionner correctement et donne satisfaction à tous les curistes, et que les salariés se sentent bien dans leur environnement de travail, et qu’ils puissent s’y épanouir. »

Eric Munier, le maire d'Amnéville, réfute toute manipulation.

Anne Bello, elle, n'a pas souhaité s'exprimer au micro de France Bleu Lorraine ; elle se dit simplement très touchée par la marque de soutien de ses salariés.

Changement d'organigramme

En revanche, la situation a évolué en fin de journée. Selon les représentants du personnel, afin de se mettre en conformité avec la décision de justice, le conseil d'administration a modifié son organigramme : Anne Bello est nommée simplement directrice générale, en attendant la convocation du prochain conseil d’administration, fin août.

Rassurés, les salariés ont décidé de la fin de la grève, le travail reprend donc normalement ce vendredi.