Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Accusée de sexisme par la CGT, la SNCF se défend

jeudi 24 août 2017 à 6:00 - Mis à jour le jeudi 24 août 2017 à 9:52 Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Un tract publié par la CGT sur les réseaux sociaux fait polémique. Il dénonce des méthodes sexistes qui existeraient à la SNCF. Celles-ci obligeraient son personnel féminin à porter des jupes. Des propos rejetés en bloc par la SNCF, qui attend des excuses de la part du syndicat.

La CGT dénonce, entres autres, dans un tract l'obligation pour les femmes de porter obligatoirement une jupe
La CGT dénonce, entres autres, dans un tract l'obligation pour les femmes de porter obligatoirement une jupe © Maxppp - BEP/OUEST FRANCE

Rennes, France

La polémique enfle sur les réseaux sociaux. La CGT cheminots de Rennes a diffusé ces derniers jours un tract sur les réseaux sociaux dans lequel elle accuse la SNCF de vouloir imposer la jupe au personnel féminin pour sa nouvelle offre pro première classe pour sa ligne TGV Atlantique.

"Ce chantage à l'emploi exercé auprès des femmes est odieux", "Au nom de l'emploi, tout doit être accepté et considéré comme acceptable par les femmes?", ce sont par exemple des propos que l'on peut lire dans ce tract et qui ont mis le feu aux poudres sur Twitter.

Des allégations dénoncées immédiatement par la direction régionale de la SNCF. Nathalie Juston, sa directrice dénonce "une manipulation, une interprétation d'un document interne qui a été extrait pour faire de la polémique sur un sujet où il n'y a pas de polémique". Elle continue: "il n'y a jamais eu à la SNCF une obligation pour du personnel en contact avec les clients de porter une jupe, une cravate ou je ne sais quoi. Il y a un catalogue que nous proposons à nos opérateurs, les agents au contact des clients un catalogue de tenues et chaque personnel choisit dans ce catalogue ce qu'il a envie de porter". Il n'y a donc pas de polémique pour elle, qui est en colère.

C'est une manipulation, une interprétation d'un document interne qui a été extrait pour faire de la polémique sur un sujet où il n'y a pas de polémique" Nathalie Juston, directrice régionale SNCF

Des propos mal interprétés selon la SNCF

Tout est parti d'un document présenté en comité d'hygiène et de sécurité de la SNCF où sont conviés autant la direction que les syndicats. Lors de cette réunion, la direction aurait proposé de rendre publique une prestation privée, qui consiste à servir du café et de la presse aux clients professionnels de la 1 ère classe en gare de Rennes pour les TGV Atlantique. Et dans la brochure présentée, les tenues ont été évoquées et certains propos n'auraient pas plu à la CGT.

"Pour satisfaire une clientèle majoritairement masculine, sur l'Escale de Rennes, cela signifie des femmes en jupe ! Jupe considérée comme plus élégante par la Présidente du CHSCT (comité d'hygiène et de sécurité)", détaille la CGT dans son tract. Des propos mal interprétés selon la SNCF.

"On a l'habitude de discuter avec la CGT sur certains points qui ne vont pas mais là clairement, ce qui est écrit dans le tract ce n'est pas la vérité", s'indigne aussi Christel Pujol, directrice TGV Bretagne. "Moi ça me met en colère, ça m'indigne. J'aurais préféré qu'on en parle avec les syndicats au lieu de publier de telles choses. On peut être en désaccord, en effet, il y a des documents où il est mentionné seulement "hôte" ou "hôtesse" dans certains cas, c'est une maladresse. On peut avoir des incompréhensions, mais le meilleur moyen de les lever, c'est d'en parler".

Elle a tenté d'éteindre le feu sur les réseaux sociaux en répondant à quelques messages et en cherchant le dialogue. En vain. Contactée, la CGT n'a finalement pas souhaité communiquer sur le sujet.