Économie – Social

Politique générale : Sandrine Doucet demande à Manuel Valls d’être "plus offensif"

Par Mila Ta Ninga, France Bleu Gironde dimanche 6 avril 2014 à 15:42

Manuel Valls lors de la passation de pouvoir à Matignon
Manuel Valls lors de la passation de pouvoir à Matignon © Maxppp

Alors que le nouveau premier ministre Manuel Valls, prépare sa déclaration de politique générale mardi à l’Assemblée nationale, 86 députés socialistes de toutes sensibilités, lui demandent de mettre en place un contrat de majorité. Sandrine Doucet, la députée de la Gironde fait partie des signataires. Mardi, elle votera la confiance au gouvernement, mais avec des réserves.

Pour Sandrine Doucet, ce contrat de majorité est avant tout d’un texte « déclaratif ». Une colère mesurée, selon la députée de la première circonscription de la Gironde, pour rappeler au gouvernement les engagements de la campagne présidentielle. Pourtant, ce texte parait être une sorte de réquisitoire contre les 22 premiers mois du quinquennat. Mais aussi une sorte d'avertissement des députés, quelques jours avant la 1ère déclaration de politique général de Manuel Valls : ils veulent peser dans ce nouveau gouvernement. Encore "quelques dizaines de signatures sont attendues en début de semaine" a déclaré Christian Paul, un proches de Martine Aubry, l’un des initiateurs du texte.

"C’est d’avantage une façon de marquer une position que de passer à l’acte. Même si une petite partie des députés ont évoqué qu’ils n’allaient pas voter la confiance au gouvernement, je pense qu’il faut être extrêmement prudent sur ces intentions. On est avant tout dans cette attente parce que nous voulons répondre à l’attente des Français." — Sandrine Doucet, députée de la Gironde

"Recréer la confiance avec les Français"

Chômage, précarité, emploi… La défaite de la gauche dimanche après les municipales semble avoir eu l’effet d’un électrochoc. Pour Bruno Le Roux, le patron des socialistes à l’Assemblée, qui doit encore voir ce lundi le premier ministre, il s’agit "d’améliorer le dispositif" et d’opérer à un "rééquilibrage" en matière sociale. Comme des mesures en faveur des bas salaires. C'est entre autre ce que Sandrine Doucet et les signataires attendent.

" Les bas salaires sont ceux qui ont placé le plus d'espoir. Il s'agit d'aller plus loin " Sandrine Doucet, député de la Gironde

 

" On attend une politique plus offensive en matière de justice sociale " Sandrine Doucet, députée de la Gironde

Partager sur :