Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VIDÉO - Une centaine de pompiers défile dans les rues du Mans pour demander plus de moyens

mardi 26 février 2019 à 12:05 - Mis à jour le mardi 26 février 2019 à 16:56 Par Julie Le Duff et Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Maine

C'est la première fois que les pompiers sarthois défilent dans les rues du Mans depuis le lancement de leur mouvement de grève en décembre 2018. Ils sont près d'une centaine à manifester ce mardi matin, pour faire entendre leur demande de création d'une quarantaine de postes.

Selon les pompiers sarthois en grève, le manque d'effectifs affecte le temps de réponse des secours lors des interventions.
Selon les pompiers sarthois en grève, le manque d'effectifs affecte le temps de réponse des secours lors des interventions. © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Mans, France

Une petite centaine de pompiers, professionnels en grande majorité, manifeste ce mardi matin au Mans, en prélude à une rencontre avec la direction du Service départemental d'incendie et de secours et les services de l'Etat. Des drapeaux Sud, Solidaires et CGT sont visibles dans le cortège, ainsi qu'une poignée de "gilets jaunes". Une délégation de huit pompiers du Rhône et du Gard est venue soutenir les pompiers sarthois au Mans.

Alors qu'un mouvement de grève dure depuis décembre dans les casernes sarthoises, les représentants des pompiers demandent la création d'une quarantaine de postes en plus des 300 professionnels aujourd'hui en Sarthe. La direction du Sdis dit ne pas pouvoir faire mieux que six créations de postes, assorties de neuf remplacements de postes vacants

Toujours plus d'interventions, à effectifs constants

Selon le syndicat SUD, le manque d'effectifs se ressent dans tous les centres d'intervention en Sarthe, alors que la charge de travail augmente très vite. Une tendance surtout liée aux interventions pour "secours à personnes", en hausse de 12% en 2018 en Sarthe. Depuis 2011, le nombre de pompiers professionnels sarthois est resté stable. Le nombre d'interventions, lui, "est passé de 16.400 environ en juillet 2015 à 23.600 en juillet 2018", indique Guillaume Piron du syndicat SUD. 

Les pompiers assis sur les voies du tramway au Mans, rue Gambetta, lors de la manifestation du 26 février 2019 - Radio France
Les pompiers assis sur les voies du tramway au Mans, rue Gambetta, lors de la manifestation du 26 février 2019 © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait
Les sapeurs-pompiers pointent du doigt le temps d'intervention rallongé en raison du manque d'effectifs - Radio France
Les sapeurs-pompiers pointent du doigt le temps d'intervention rallongé en raison du manque d'effectifs © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Rencontre avec le préfet

Les représentants syndicaux SUD et CGT ont rencontré le préfet pendant une heure et demi pour évoquer le manque d'effectifs : celui-ci a appelé "à éviter les décisions hâtives" selon les syndicalistes, tant que les groupes de travail en place depuis environ une semaine n'ont pas rendu leurs conclusions, ce qui devrait prendre un an. "D'après lui, _il faut qu'on puisse analyser les besoins opérationnels réels_, et en fonction, avoir si besoin des recrutements", précise Guillaume Piron, secrétaire du syndicat Sud au Sdis sarthois. 

Certains sapeurs-pompiers ont manifesté devant la préfecture pendant le rendez-vous entre le préfet et leurs responsables syndicaux, le 26 février 2019 - Radio France
Certains sapeurs-pompiers ont manifesté devant la préfecture pendant le rendez-vous entre le préfet et leurs responsables syndicaux, le 26 février 2019 © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

_"_Le postulat de base, c'était pas d'effectifs supplémentaires, ajoute Cédric Keravec, responsable CGT au Sdis. Le préfet estime que ce n'est pas un bon postulat et qu'il faut voir à s'adapter avec les moyens existants". Le préfet n'est toutefois pas en charge des embauches : c'est le Sdis et le département qui les gèrent avec le budget. Aucune promesse de postes supplémentaires n'est donc à l'ordre du jour.