Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pontarlier: mobilisation massive des frontaliers pour défendre le droit d'option

-
Par , France Bleu Besançon

Trois mille personnes ont défilé pour dire non à la volonté du gouvernement de supprimer en juin prochain le droit d'option pour les travailleurs frontaliers. Plus qu'un privilège, une institution qu'ils sont prêts à défendre jusqu'au bout.

frontaliers
frontaliers © Radio France - Ugo TOUROT

"Oui au libre choix dans le droit d'option" pouvait-on lire sur les pancartes et banderoles dans les rues de Pontarlier ce dimanche.

Le droit d'option, c'est ce qui permet depuis plusieurs décennies aux Français travaillant en Suisse de souscrire à une assurance privée plutôt qu'au régime de la Sécurité sociale. Une assurance généralement plus avantageuse financièrement.

Près de 90% de ces frontaliers possèdent actuellement des contrats d'assurance privés, soit 150.000 personnes.L'opération devrait rapporter 150 millions d'euros à l'Etat.Reportage à Pontarlier d'Ugo TOUROT:

Reportage France Bleu Besançon

Afin de concilier tout le monde, une proposition de contribution solidaire à la Sécurité sociale a été proposée au ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici le 16 octobre dernier. Elle a été refusée par le gouvernement.

Explications de Michel Rivière, président du guichet d'information de Villers-le-Lacs au service des frontaliers.

Interview

Pour les frontaliers, pas question de changer un système qui fonctionne.

Témoignages

Et ces prélèvement se feront directement sur le revenu des salariés. Ils seront progressifs: 6% du salaire brut la première année puis 8% à compter du 1er juin 2015.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess