Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

PORTRAIT - À Rouen, une mère travailleuse précaire au Secours populaire pour nourrir sa famille

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

À l'occasion de la journée mondiale du refus de la misère ce jeudi, portrait d'une mère de famille rouennaise, travailleuse précaire, contrainte de solliciter le Secours populaire pour nourrir sa famille.

Le secours populaire vient en aide à de nombreux parents travailleurs précaires
Le secours populaire vient en aide à de nombreux parents travailleurs précaires © Maxppp - Marc Ollivier

Rouen, France

Ce jeudi 17 octobre 2019, à l'occasion de la journée mondiale du refus de la misère, une petite quinzaine d'associations organisent un rassemblement à Rouen à 16h30, place de la Verrerie, près de la station de métro Saint-Sever. Sont prévus des concerts, des expo, mais aussi des témoignages de personnes en situation de pauvreté : migrants, sans-domiciles, retraités, travailleurs pauvres, familles qui galèrent à boucler les fins de mois. 

Ça permet de dire 'au moins mes placards sont pleins'

Parmi eux, Wendy, mère rouennaise de deux enfants, est aidée depuis quelques mois par le Secours populaire pour nourrir sa famille. Avec son compagnon, ils sont quatre à vivre avec 800 euros par mois. Pas possible de payer toutes les factures et de se nourrir correctement alors, Wendy commence par supprimer les petits plaisirs, "le nutella des enfants", et puis les produits dits essentiels : "La lessive, les protections hygiéniques, tout ça a un coût !"

Wendy est accompagnatrice pour personnes âgées, tout juste diplômée. Elle travaille à mi-temps car les gardes d'enfants et les activités périscolaires coûtent trop cher. Son compagnon est au chômage, après avoir enchaîné les intérims. Ce sont les collègues de Wendy qui l'ont poussée à solliciter l'aide du Secours populaire : "Par fierté, je ne l'aurais pas fait ! Mais en fait ça me permet de souffler et de me dire 'au moins, mes placards sont pleins !'"

Portrait de Wendy, maman qui galère aidée par le secours populaire

Protéger mes enfants des factures, de la pauvreté, de la galère !

Par fierté donc, Wendy ne préfère pas s'en confier à sa famille. Elle ne veut pas non plus en parler à ses enfants, sa fille a 4 ans et son fils 7 : "Mon rôle de maman, c'est de les protéger des factures, de la pauvreté, de la galère !" Demander de l'aide, Wendy l'a fait pour eux, pour améliorer leur quotidien : "Si aucune facture ne tombe, ça me permettra de mettre de côté pour Noël, pour les fêtes de fin d'année, ou d'acheter un vêtement pour eux !" 

Et d'ici Noël, Wendy espère payer ses dernières factures et que les choses rentrent dans l'ordre grâce à son travail. Pour, à terme, espacer ses visites au Secours populaire, et même, céder sa place, bientôt, à quelqu'un d'autre, "quelqu'un qui en aura plus besoin que moi", conclut Wendy dans un sourire plein d'espoir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu