Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

PORTRAIT - Marie-Françoise, la "mamie" des gilets jaunes du rond-point de Poitiers-Sud

jeudi 6 décembre 2018 à 4:51 Par Fanny Bouvard, France Bleu Poitou

Toute cette semaine, France Bleu Poitou fait le portrait de gilets jaunes de la Vienne et des Deux-Sèvres. Ils ont décidé de montrer leur colère contre le gouvernement et ils s'expriment à notre micro.

Marie-Françoise est sur le rond-point de Poitiers-Sud tous les jours.
Marie-Françoise est sur le rond-point de Poitiers-Sud tous les jours. © Radio France - Fanny Bouvard

Poitiers, France

Sur le rond-point du Auchan Poitiers-Sud, tous les gilets jaunes la connaissent. Marie-Françoise a 68 ans et depuis le 17 novembre, elle est présente tous les jours. Chaque matin, elle arrive de Château-Larcher dès 7 heures et elle reste sur place toute la journée. "C'est un peu la mamie de notre rond-point", glisse Vincent, tout sourire. "Elle nous prouve que même à 68 ans, on peut tenir jusqu'au bout."

Emmitouflée dans son manteau en cuir, gilet jaune sur le dos, Marie-Françoise s'active. On la croise sur le barrage filtrant, à l'organisation du pique-nique, à côté du feu et sur le péage de l'A10. "Son surnom, c'est 'mamie péage', s'amuse Christine. Ce sont les policiers qui l'ont appelé comme ça, parce qu'elle est régulièrement au péage pour faire sortir les gens gratuitement." 

Une grand-mère qui "se bat pour sa famille" et ses 11 petits-enfants

Sur le gilet de Marie-Françoise, on peut lire "Mamie en colère". Onze fois grand-mère, c'est pour sa famille qu'elle fait tout ça. "Mes petits-enfants veulent pas que je manifeste, je fais ça pour eux. Il faut que l'on se batte." Alors même quand l'ambiance se tend, elle reste sur le rond-point. Avec moins de 1.000 euros de retraite, elle dit ne pas être la plus à plaindre mais rêve de mieux. "Moi maintenant à l'âge où j'arrive je demande plus grand chose".