Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Économie – Social

PORTRAIT | Thomas Jaouen, jeune agriculteur breton qui décide de s'installer malgré la crise

lundi 24 août 2015 à 15:21 Par Jean Saint-Marc, France Bleu Breizh Izel

Dans le contexte actuel de chute des prix et de crise agricole, certains jeunes choisissent d'y croire et décident de se lancer. Rencontre avec Thomas, qui s'installe à Plonéour-Lanvern, dans le Sud-Finistère, pour produire du lait et des poulets.

Thomas Jaouen reprend la ferme de son père, qui va partir en retraite dans 5 ans
Thomas Jaouen reprend la ferme de son père, qui va partir en retraite dans 5 ans © Jean Saint-Marc / Radio France

Selon les chiffres du syndicat Jeunes Agriculteurs , 40% des producteurs de lait vont partir en retraite dans les dix prochaines années. Globalement l'âge moyen dans la profession augmente... Et de nombreuses fermes ne sont tout simplement pas reprises.

Mais dans ce contexte morose certains décident d'y croire et de se lancer malgré tout. C'est le cas de Thomas Jaouen. Cela fait environ six mois qu'il a commencé les démarches... Six mois qu'il se pose tout de même beaucoup de questions :

"Ça reste toujours dans un coin de la tête, avec le contexte actuel c'est pas facile de se dire qu'on part pour de longues années.""Mais bon... Faut essayer ! Je me dis qu'il faudra toujours des agriculteurs!"

Ses parents sont sur la même longueur d'ondes... Fiers bien sûr que leur fils reprenne, mais un peu stressés quand même. Sa maman :

enro 1 inquiétude mère ok installation agriculteur

"C'est son choix" , disent-ils. Un choix qui date pour Thomas... Tout petit il était déjà sur les tracteurs nous raconte son père. "C'est une passion", confirme le futur exploitant : "j'ai hésité, je suis allé voir d'autres métiers... Mais je suis revenu à l'agriculture ! C'est sûr que le matin faut aller au boulot, mais c'est pas désagréable ! C'est pas un métier où on va à reculons."

Une installation à l'économie, sans trop investir

Quand il fait visiter sa ferme, ou plutôt sa future ferme, Thomas s'excuse presque devant les quelques toiles d'araignée qu'on voit dans l'étable :

enro 2 étable bien vieille installation agriculteur

Pas question donc de trop investir en début de carrière. Thomas va faire avec l'existant : l'étable et le poulailler de son père, plus un poulailler repris à un voisin.

"En partant de zéro, ça aurait été très difficile, voire irréalisable ! Le poulet au prix où il est payé, s'il faut faire un nouveau poulailler ce n'est pas rentable. Le lait au prix actuel refaire une étable c'est juste impossible !"

Les débuts seront donc modestes ! Normalement ce sera pour cet automne, dès que les démarches seront terminées. Thomas sera alors l'associé de son père, pendant cinq ans , jusqu'à la retraite de celui-ci.