Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Poste des Hauts-de-Seine : la grève pourrait se poursuivre cet été

mardi 3 juillet 2018 à 19:08 Par Emmanuel Grabey, France Bleu Paris

100 jours après le début de leur mouvement, les postiers en grève des Hauts-de-Seine pourraient décider dans les prochains jours de reconduire leur action tout l'été. Ils dénoncent l'attitude de leur direction, qui refuse selon eux d'entamer la moindre négociation sur leurs revendications.

Depuis trois mois, le courrier n'est pas distribué correctement dans plusieurs communes des Hauts-de-Seine
Depuis trois mois, le courrier n'est pas distribué correctement dans plusieurs communes des Hauts-de-Seine © Maxppp - Sebastien Jarry

Boulogne-Billancourt, France

Cela fait 100 jours pile ce mardi 3 juillet : depuis le 26 mars dernier, environ 150 agents de la Poste des Hauts de Seine sont en grève illimitée. Ils protestent contre la récente confirmation du licenciement d'un salarié syndicaliste, et réclament l'arrêt de réorganisations des tournées et de leur temps de travail, l'embauche des salariés précaires et des augmentations de salaire. 

Concrètement, depuis le début de la grève, entre 15 et 20% des tournées ne sont pas assurées dans le département selon le syndicat SUD, à l'origine du mouvement, principalement dans les communes de Boulogne-Billancourt, Neuilly et Asnières. En trois mois, les deux parties se sont rencontrées quatre fois, mais les grévistes renvoient la responsabilité de l'enlisement du conflit à la direction de La Poste, car elle n'a selon eux jamais accepté de négocier. 

"Depuis le deuxième jour, on a formulé nos 18 revendications par écrit, explique Gaël Quirante, le responsable départemental SUD Poste des Hauts de Seine, qui est par ailleurs le salarié licencié dont les grévistes demandent la réintégration. Chacune de ces revendications peut faire l'objet d'un compromis, y compris ma réintégration. La direction de La Poste est incapable de formuler la moindre contre-proposition à ces 18 revendications. Comment voulez-vous qu'on sorte du conflit ? On ne va pas lâcher ! Au bout de cent jours de grève, trois mois sans salaire, il faut qu'il y ait une négociation."

Vers une grève tout l'été ?

Pour sortir de l'impasse, les grévistes réclament une médiation des pouvoirs publics, mais sans que la direction ne donne de suite favorable à leur demande. "On a demandé à ce que le Préfet et l'Inspection du travail servent de médiation, poursuit Gaël Quirante. Qui peut penser que le Préfet des Hauts-de-Seine serait du côté des grévistes ? Qu'a à craindre La Poste ? Le problème c'est que leur stratégie est de laisser pourrir la situation, sauf qu'on ne pourrit pas, on reste mobilisé".

Les grévistes doivent décider dans les jours qui viennent de la poursuite de leur mouvement cet été. Dans un communiqué, la direction de la Poste indique ne pas vouloir faire connaître le nombre de facteurs (distributeurs de courrier) en grève, se bornant à donner le chiffre de 5% de grévistes en moyenne ces 3 derniers mois sur le service courrier-colis 92. Par ailleurs, elle affirme avoir fait 22 propositions de rencontre aux grévistes, ceux-ci ne s'étant présenté qu'à 4 reprises, mais sans indiquer la teneur des propos de ces quatre réunions. Une nouvelle rencontre doit se tenir ce mercredi 4 juillet.