Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève du 22 mars : des médias vont utiliser une nouvelle méthode de comptage des manifestants à Paris

mercredi 21 mars 2018 à 16:00 - Mis à jour le jeudi 22 mars 2018 à 7:49 Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris et France Bleu

Une vingtaine de grands médias, dont France Bleu, adopteront jeudi leur propre méthode de comptage des participants. Il sera réalisé par un cabinet spécialisé lors de la manifestation à Paris des fonctionnaires et des cheminots, en parallèle des habituels chiffrages de la police et des syndicats.

Manifestation de la fonction publique à Paris entre la place de République et de la Nation le 10 octobre 2017
Manifestation de la fonction publique à Paris entre la place de République et de la Nation le 10 octobre 2017 © Maxppp -

Est-ce la fin du grand écart et de la guerre des chiffres entre les syndicats et la police lors des manifestations ? Une vingtaine de médias se sont mis d'accord pour mettre au point une méthode de comptage, afin d'avoir un chiffre indépendant de celui des autorités ou des organisateurs.

Testé lors d'une manifestation parisienne le 16 novembre dernier contre la politique "libérale" d'Emmanuel Macron, ce système sera donc utilisé officiellement pour la première fois ce jeudi 22 mars, jour de grève nationale

Une société d'études spécialisée dans le comptage de foule

Le collectif de médias - parmi lesquels France Bleu, France Inter, franceinfo, France Culture, l'AFP, Europe1, RMC, BFMTV, CNews, France 2, Mediapart, Le Figaro, Le Parisien, Libération, La Croix et la presse régionale et départementale représentée par l'Union de la presse en région (UPREG) - s'est associé au cabinet d'études spécialisé dans le comptage du public, Occurrence.

Le cabinet Occurrence effectuera un comptage avec deux capteurs placés en hauteur, le troisième étage d'un hôtel par exemple, qui tracent une ligne virtuelle sur la rue : chaque manifestant qui franchit cette ligne est ainsi comptabilisé. Les trottoirs sont pris en compte.

La manifestation est filmée pendant 20 à 30 secondes à différents intervalles et différentes "intensités". Les manifestants sont recomptés humainement sur ces extraits vidéo pour ajuster le décompte fait par les capteurs, et déterminer une marge d'erreur du capteur.

Le comptage indépendant très proche de celui de la préfecture ?

Le système a déjà été testé sur trois manifestations à Paris. Pour la manifestation du 16 novembre 2017 contre la politique "libérale" d'Emmanuel Macron, Occurrence avait comptabilisé 8.250 manifestants. 

De son côté, la police avait compté 8.000 personnes et la CGT 40.000.