Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu Montagne

Pour le champion de ski Savoyard Franck Piccard, "la pandémie est l'occasion de repenser la montagne"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Champion olympique, entrepreneur lié aux sports d'hiver, Franck Piccard signe une tribune écologiste "Pour vivre en harmonie avec la nature". La fin de la surexploitation de la montagne est venue, selon lui.

Les Saisies en Savoie
Les Saisies en Savoie © Radio France - Christophe Van Veen

« Pour vivre en harmonie avec la montagne » est le titre d'une tribune publiée le 17 janvier sur le site d’Appel Aura Ecologie  émanation de Fabienne Grébert d’Europe Ecologie les Verts, conseillère régionale de Haute Savoie candidate à la présidence de la Région aux prochaines élections. A l’heure où l’économie de la montagne bascule à cause de la fermeture des remontées mécaniques, cette tribune propose d’autres pistes de développement que le ski alpin. Parmi les signataires, le maire d’Annecy François Astorg ou encore celui de Grenoble Éric Piolle. Plus étonnant, Franck Piccard , le champion olympique de super G, propriétaire de plusieurs magasins de matériel de ski aux Saisies en Savoie et d’un hôtel avec sa famille.

Réfléchir à autre chose

Franck Piccard assume sa signature. "J'ai signé des deux mains cette tribune car cela rejoint mon combat depuis une dizaine d'années. L'idée d'arrêter l'expansion du tout-ski prend une résonance incroyable. Après le réchauffement climatique, après la surexploitation des domaines skiables, ce virus est un nouveau combat contre la montagne. Quand les obstacles s'accumulent, il faut peut-être commencer à penser autrement." 

"Il faut savoir dire stop. Laisser la montagne respirer." - Franck Piccard

Franck Piccard

Le chef d'entreprise reconnaît "la brutalité de la situation actuelle". Il s'est battu avec ses collègues pour une réouverture de l'activité ski cet hiver. Lui-même n'a pas vu le pire arriver. Il a quand même embauché quarante personnes en début de saison dans l'espoir d'une normalité. L'arrêt est "le signal qu’il faut réfléchir à autre chose."

Lui-même a profité de l'essor du ski alpin

Franck Picard a donc signé pour l’"arrêt de la bétonisation", "ne plus fabriquer une montagne qui dépend de cette mono activité du ski". Pourtant le Savoyard avec ses magasins de matériel de ski des Saisies, son hôtel et les gîtes dans la station des Saisies, exploités avec sa famille, a fait partie de cette industrie de l’or blanc. "Je ne vais pas cracher dans la soupe. J'ai fait partie de ce développement qui a fait de la Savoie la meilleure destination montagne du monde. Est-ce qu'à un moment tout s'est emballé ? Sans limites. Bien-sûr que je réalise 80 % de mon chiffre d'affaire grâce au ski alpin, directement ou indirectement. Mais c'est sûrement fini. Il faut passer à autre chose. Le ski alpin, mais pas que ! Voilà qui pourrait être un bon slogan." 

Sur sa page Facebook, le Savoyard s'est même attiré quelques retours sanglants et commentaires acerbes après avoir comparé certaines stations de ski à des centrales nucléaires qu'il faut démanteler. Il est plus mesuré aujourd'hui. Il faut déjà arrêter l'expansion. 

Une montagne sobre et résiliente

"Pas d’angélisme", se défend Franck Piccard qui sait que "ce sera long et compliqué pour une transition qui n’en reste pas moins vitale". La tribune propose de nombreuses pistes alternatives. "Ce que je retiens au départ et qui est essentiel, c'est une montagne sobre et résiliente. Je sais que ces mots sont à la mode. Mais ce que je veux dire, c'est qu'il ne faut plus de nouvelles pistes, il ne faut pas investir dans de nouvelles retenues colinéaires ou de nouveaux canons à neige... Il faut savoir dire stop. Laisser la montagne respirer."

Une clientèle plus resserrée, plus nationale, des pratiques sportives douces (randonnée, raquettes, nordique...), le retour à l’agriculture de montagne avec une prime aux AOP, etc... Franck Piccard pense que ces axes forts sont aujourd’hui enfin audibles, à cause ou grâce à la crise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess