Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pour le MEDEF de Vaucluse, le code du travail doit changer

mercredi 4 novembre 2015 à 10:35 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

Interrogations à quelques heures des mesures attendues sur le code du travail...

Code du travail
Code du travail © Radio France - Philippe Paupert

A quelques heures des annonces de la ministre du travail, le MEDEF de Vaucluse s'interroge sur la simplification qui doit être apportée au code du travail. François Hollande a promis qu'il ne toucherait ni au SMIC, ni aux contrats ni au temps de travail. 

Le gouvernement souhaite un code du travail "plus lisible"La piste des accords de branches devrait  être suivie.

Le MEDEF plaide pour une refonte totale du CDI. Jacques Brès, patron des patrons en Vaucluse demande aussi un code "simplifié", "plus lisible"

Il estime que le code du travail est "compliqué, entaché de jurisprudences", devenu "totalement illisible, relativement lourd.... 3.700 pages."  Pour lui, "la durée du temps de travail doit être négociée dans les entreprises entre patronat et les salariés." 

Il faut qu'on "évite d'encadrer totalement le monde du travail, qui fait que beaucoup ont peur et tout ça génère des freins à l'embauche qui font que notre pays est l'un des champions du monde du chômage".

Jacques Brès, président du MEDEF de Vaucluse

Pour Bruno Mouret de la CGT en Vaucluse,  le code du travail n'est pas "devenu illisible" (comme le dit le président François Hollande), il reste au contraire "un socle indispensable pour régler les relations humaines au sein des entreprises"