Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pour le tribunal de Sarreguemines, le délégué syndical de Neuhauser n'est pas coupable d'entrave à la production

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le tribunal de Sarreguemines a débouté ce mercredi 19 juin, la direction de Neuhauser qui accusait Christian Porta, le délégué syndical d’avoir bloqué la production durant un piquet de grève. La trentaine de salariés venue le soutenir dénonce de l'intimidation.

Une trentaine de gilets jaunes, salariés et syndicalistes rassemblés devant le Palais de Justice de Sarreguemines
Une trentaine de gilets jaunes, salariés et syndicalistes rassemblés devant le Palais de Justice de Sarreguemines © Radio France - Steven Gouailler

Sarreguemines, France

« On criminalise nos droits à manifester et au droit de grève ! » . A la sortie de son audience, mégaphone en main, le délégué syndical central Christian Porta en est convaincu, sa convocation à venir s’expliquer devant la justice est incompréhensible. Il est poursuivi pour "entrave à la production". 

Le délégué syndical de Neuhauser était accusé par la direction de l'entreprise d'avoir dressé une barrière près du piquet de grève, bloquant ainsi le trafic des camions. Le tribunal de Sarreguemines l'a débouté de sa demande. 

Depuis des mois, les salariés de Neuhauser sont en grève pour dénoncer un plan social au rabais.

« Personne ne comprend pourquoi on a été convoqué au tribunal ! Il n’y a aucun blocage ! »

Sur le parvis du Palais de Justice, plusieurs salariés de Neuhauser et certains syndicalistes sont venus soutenir Christian Porta. «Ils nous accusent d’avoir bloqué les camions. C’est le contraire. On a installé ces barrières pour se mettre en sécurité» explique Houcine, délégué CGT sur le site Furst 2. 

Mesure d’intimidation

Beaucoup accusent même la direction de mettre la pression sur les grévistes. «C’est plus de l’intimidation une nouvelle fois pour faire lever le piquet de grève, décourager les salariés à faire grève… on a l’habitude… » soupire par exemple Joshua… 

Pari doublement perdu pour la direction, déboutée par le tribunal ce mercredi soir de sa demande d’infliger une amende de 3 000 euros à Christian Porta. Le mouvement de grève se poursuit également, même si la justice a réclamé le retrait des fameuses barrières de chantier du piquet de grève. 

185 postes restent menacés par le plan social annoncé.