Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour les guides de la baie du Mont-Saint-Michel, "les groupes de neuf personnes, ce n'est pas viable"

Habituellement, les guides de la baie du Mont-Saint-Michel croulent sous les demandes pendant le week-end de la Pentecôte. S'ils se réjouissent de la levée de la limite de déplacement de 100 km le 2 juin, ils sont toujours soumis à celle sur la taille des groupes : 9 personnes à la fois.

Les guides de la baie du Mont-Saint-Michel sont limités à des groupes de 9 personnes
Les guides de la baie du Mont-Saint-Michel sont limités à des groupes de 9 personnes © Radio France - Marianne Yotis

Le week-end de la Pentecôte est habituellement une période chargée pour les guides de la baie du Mont-Saint-Michel. "On ne fait que des petites journées", peste Didier Lavadoux, le président de leur syndicat. En cause : la limite de dix personnes par groupe, soit neuf touristes et un guide.

"Bien sûr, on comprend les consignes sanitaires, mais économiquement ce n'est pas suffisant, ce n'est pas viable, dénonce-t-il. Une société aura plus de charges que de gains. On espère que le gouvernement prendra en compte nos considérations."

Visites groupées

Pour compenser, certains ont augmenté leurs prix comme Romain Pilon. "Le tarif classique d'une sortie dans la baie du Mont-Saint-Michel, c'est entre 10 et 15 euros", raconte cet indépendant. "Même en passant à 20 euros, on est loin de ce qu'on peut gagner quand on accompagne 30 ou 40 personnes."

Car ces temps-ci, il leur manque une clientèle précieuse : les associations et les voyages scolaires. Ces visites groupées sont leur principale sources de revenus notamment durant les mois de mai et juin.

Scolaires

"Et on ne sait pas comment ce sera au mois de septembre, s'interroge Jack Lecoq. On a beaucoup de monde avec l'intégration pour les écoles et on ne sait pas si on va les avoir. Nous on vit des scolaires essentiellement."

Ce manque à gagner inquiète ces guides pour la suite. "Il faut savoir que les traversées de la baie cartonnent pour nous permettre d'avoir des fonds pour l'hiver.", explique Didier Lavadoux. "Là on aura pas cette réserve là, et pas le temps de faire des provisions pour relancer l'année suivante. C'est une crainte qu'on peut avoir."

L'interdiction des groupes de plus de 10 personnes restera en place au moins jusqu'au 21 juin selon le gouvernement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess