Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pour les non-skieurs, la montagne en hiver, c'est trop cher !

samedi 10 novembre 2018 à 8:30 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

Trop cher ! Trop froid ! Trop de bouchons ! Le cabinet de conseil G2A, basé en Savoie, vient de mener une enquête auprès de ceux qui n'ont jamais skié et de ceux qui ne reviennent plus en station de ski.

Val Thorens
Val Thorens © Radio France - Christophe Van Veen

Pourquoi est-on allergique aux stations d'hiver ? Pourquoi ne revient-on plus sur nos pentes enneigées alors qu'on les a beaucoup aimées ?  Une enquête de l'agence G2A  - située à Montmélian (73) - vient de tenter d'y répondre en interrogeant près de 1200 français du 20 au 30 septembre 2018 - 800 allergiques au ski et 400 qui ne reviennent plus depuis au moins deux ans. G2A fait du conseil pour 80 stations des Alpes et des Pyrénées, qui drainent 80 % de la clientèle.  

Trop cher !

L'accueil n'est pas en cause, la qualité des logements non plus. En revanche, le point commun entre ceux qui n'ont jamais skié et ceux qui ne skient plus, c'est la barrière du coût. 7 sur 10 estiment que le ski est trop cher.  G2A, par la voix de sa directrice des études Émilie Maisonnasse, recommande de "communiquer sur la fin de saison et les semaines entre les vacances où les séjours sont moins onéreux". Le prix est clairement un levier.

Les réfractaires , qui ne sont jamais allés en station, ont des images erronées, notamment qu'il y ferait trop froid ! Surtout, ils n'ont jamais essayé. Les abandonistes, qui ont lâché le ski, ont eux de trop mauvais souvenirs de bouchons et de galères pour accéder aux stations. D'une manière générale,  un tiers juge qu'il y a trop de monde l'hiver.

Privilégier la culture "Montagne" au sport

Certes, un meilleur accès aux cours de ski et des innovations en matière de ski pourraient se révéler attractifs. Mais, d'après Émilie Maisonnasse, ce qui ressort chez les Français qui ne skient pas ou plus, "l'essentiel n'est pas lié au sport, à la pratique du ski, mais au plaisir de passer un séjour ensemble, devant un bon feu, dans de très beaux paysages de montagne, avec à la clé des ballades et des moments de détentes."

"Ce que plébicite cette population très spécifique, c'est une approche douce _des séjours en hiver. La culture "Montagne" doit être mise en avant pour ce public qui n'est pas une cause perdue."  _La première marche pour conquérir ou reconquérir, c'est l'été, une saison qui attire les non skieurs.