Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Quinze ans après la loi de 2005, "il reste des trous dans la raquette" pour les personnes handicapées

-
Par , , France Bleu Isère

Quinze ans après la loi qui impose l'accessibilité pour les personnes handicapées, de nombreux progrès restent à faire selon le directeur de l’association France Handicap en Isère.

Quinze ans après, la loi sur l'égalité des personnes handicapées doit encore être pleinement appliquée
Quinze ans après, la loi sur l'égalité des personnes handicapées doit encore être pleinement appliquée

Pour Matthieu Villaret, la loi de 2005 est « bien écrite théoriquement, mais il faut l’appliquer, ça demande du temps et de l’argent ». Alors que la plupart des établissements recevant du publics devaient être accessibles pour les personnes handicapées en 2015, des ordonnances ont été prises pour prolonger les délais de mise aux normes de 3, 6 ou 9 ans en fonction de la taille des bâtiments. 

Mathieu Villaret interrogé par Nicolas Crozel su France Bleu Isère

« Le contrôle des établissements qui devraient être accessibles demande beaucoup de travail à l’administration », nuance le directeur de France Handicap en Isère. « Les préfectures devraient infliger des pénalités, mais elles n’ont pas les moyens de faire appliquer la loi. » Plus d'un million de bâtiments doivent être rendus accessibles en France. 11% d'entre eux n'ont pas entamé de démarches de mise en conformité parce qu’elles sont trop chères ou impossibles techniquement.

Autre motif de grief, l’inadaptation des aides offertes aux personnes handicapées. « Dans la loi, les compensations prévues pour les personnes handicapées ne prévoient pas d’aide pour nettoyer votre logement », déplore Matthieu Villaret. « Par exemple, vous avez le droit d’être propre, mais pas d’avoir un logement propre ou des vêtements propres. Il y a encore des trous dans la raquette, trop gros pour une véritable égalité des chances ». Le directeur de France Handicap pour l'Isère réclame une simplification administrative pour obtenir des aides.

"Il faut que Grenoble montre l’exemple"

La bonne réputation de Grenoble comme ville accessible pour les personnes handicapées est, elle aussi, un trompe-l’œil : « Grenoble est première [des classements] mais c’est un moins mauvais résultat », selon Matthieu Villaret. « Seulement 30% des personnes interrogées disent n’avoir aucun problème de déplacements. Le chemin est encore très long. » 

Les motifs d’insatisfaction sont nombreux, déplore l'association : la ville de Grenoble n’a pas encore décidé de garantir l’accessibilité de l’intégralité de son parc de logements sociaux. Moins d’une école sur deux est accessible aujourd’hui, selon le directeur de France Handicap en Isère. Or, « il faut que Grenoble montre l’exemple en matière de logement », pour Matthieu Villaret, notamment pour les zones rurales.

- - Visactu
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu