Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Crise chez Airbus : "Il faut créer une zone franche aéronautique" dit le président de la CCI Occitanie

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Alors qu'Airbus annonce la suppression d'environ 3.500 postes à Toulouse, l'impact pourrait être multiplié par quatre pour les sous-traitants de la région. C'est ce que dit Alain Di Crescenzo, le président de la CCI Occitanie qui demande au gouvernement une "zone franche aéronautique".

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie d'Occitanie  Alain Di Crescenzo
Le président de la Chambre de commerce et d'industrie d'Occitanie Alain Di Crescenzo © Maxppp - DAVID BECUS, DDM

Toute la région toulousaine et même l'Occitanie tremblent après les annonces d'Airbus. L'avionneur prévoit de supprimer 15.000 postes dans le monde, dont 3.378 postes à Toulouse. Et dans ces 3.378 environ 2.400 dans les usines et un millier au siège.

Un effet multiplié par 4 chez les sous-traitants

Alain Di Crescenzo, le président de la CCI Occitanie était l'invité de France Bleu Occitanie ce vendredi 3 juillet. Il n'est pas surpris par le plan d'Airbus, "on savait bien que ça allait arriver." Mais il n'imaginait pas que ce serait à cette hauteur. "Et le plus grave c'est la sous-traitance". Il dit avoir une certitude ce vendredi, alors qu'un avion "c'est 20% en interne et 80% en externe" et il assure qu'il "faut multiplier par quatre, au minimum, les annonces d'Airbus pour évaluer l'impact chez les sous-traitants".

On pourrait donc être, selon ses calculs, autour de 15.000 à 40.000 emplois menacés dans la région. 

Une "zone franche aéronautique"

Alors que faire ? "Il faut aller vite, notamment relancer la commande publique. Car chaque jour qui passe ce sont des emplois perdus." Pour Alain Di Crescenzo, il faut penser une zone franche aéronautique. "C'est-à-dire qu'il faut estimer sur ces métiers là de l'aéronautique il n'y aura pas de cotisations patronales et il n'y aura pas d'impôts". Le président de la CCI Occitanie a fait ses calculs : "Chaque fois qu'on perd 10.000 emplois ça coûte 360 millions d'euros par an à la France."

"Il faudrait qu'il n'y ait pas de cotisations patronales et pas d'impôts sur les métiers de la filière aéronautique." - A. Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie

Il faut ensuite "bonifier le chômage partiel. Il faut qu'il soit assez intéressant et incitatif pour que les entreprises se tournent vers le chômage partiel au lieu de licencier."

Pour l'instant, Alain Di Crescenzo, qui aimerait aussi piloter les dispositifs d'aides à la filière aéronautique, dit ne pas avoir de réponse du gouvernement sur tous ces éléments. 

Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie invité ce vendredi 3 juillet 2020 de FB Occitanie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess