Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pour Solidaires 80, "moins on voit de policiers sur un cortège, moins il y a de provocations policières"

-
Par , France Bleu Picardie

Pour ce 28e week-end de mobilisation, la France Insoumise entre autre et le syndicat Solidaires 80 appellent à rejoindre le cortège régional des gilets jaunes à Amiens. Brendan Chabannes, membre de Solidaires 80, attend une manifestation pacifique

Brendan Chabannes, membre du syndicat Solidaires 80, estime que le gouvernement fait "monter la tension entre les manifestants et les forces de l'ordre."
Brendan Chabannes, membre du syndicat Solidaires 80, estime que le gouvernement fait "monter la tension entre les manifestants et les forces de l'ordre." © Radio France - Noémie Philippot

Amiens, France

"Le 25 mai, on fait la fête chez Macron !" Voilà le titre de l'appel de l'Union syndicale Solidaires 80, de Picardie debout, de la France Insoumise et d'Alternative Libertaire à rejoindre la manifestation régionale des gilets jaunes à Amiens. Les organisateurs espèrent entre 2000 et 4000 personnes dans le centre ville. 

La manifestation a été déclarée, "on prévoit une manifestation pacifique au départ de la Hotoie et qui fera sans doute un grand tour dans la ville" explique Brendan Chabannes, membre du syndicat Solidaires 80. "Nous n'avons pas de réponse de la Préfecture à ce stade. Il y a des rencontres et un dialogue, on espère que ce sera fructueux." 

La Préfecture devrait dire ce jeudi si la manifestation des gilets jaunes est autorisée. Ce samedi, d'autres mobilisations sont prévues à Amiens, notamment une marche pour le climat à 14H30 à la gare et un rassemblement des Motards en colère à 14H à Saint-Saveur. Les commerçants sont dans l'attente : à deux jours de la manifestation, ils ne savent pas s'ils devront baisser le rideau ou non. Pour Brendan Chabannes, "la Préfecture doit prendre ses responsabilités. Cette manifestation s'organise depuis longtemps, en toute transparence avec les services de l'Etat donc la balle est dans le camp de l'administration." 

Le service d'ordre des organisations syndicales pour assurer la sécurité

La semaine dernière à Reims (Marne), la manifestation des gilets jaunes a été marquée par des dégradations et des violences. Les locaux de France Bleu Champagne-Ardennes ont été vandalisés.  Des casseurs étaient présents dans le cortèges qui se voulait national. À Amiens, "l'enjeu, c'est que ça se passe bien" explique Brendan Chabannes, que le mot de casseur dérange. "Il y aura aussi des organisations syndicales qui seront là, avec un service d'ordre et qui assureront la sécurité des manifestants et des manifestantes."

La manifestation rémoise a aussi été marquée par les tensions entre les manifestants et les forces de l'ordre. Pour Brendan Chabannes, le gouvernement fait "monter la tension entre les manifestants et manifestantes et les services des forces de l'ordre. Nous pensions  qu'il y a un cran qui est passé." Et d'ajouter : "Nous espérons que la Préfecture de la Somme sera raisonnable de ce point de vue là. La répression policière, ça tue, ça mutile, ça blesse, et c'est quelque chose que la Préfecture de la Somme entende. Moins on voit de policiers sur un cortège, moins il y a de provocations policières, plus il y a de chances que ça se passe bien." 

Pour Brendan Chabannes, c'est notamment sur "cette dénonciation de la répression policière et la question de la préservation des libertés publiques" que Solidaires 80 et gilets jaunes s'unissent. Ce samedi, ils défileront ensemble pour "des revendications de justice sociale, articulées avec un progrès écologique."