Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pourquoi avons-nous honte de notre accent ?

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Une étude montre que nous avons honte de notre accent lorsque nous parlons une langue étrangère. Mais c'est aussi le cas quand nous parlons français !

La discrimination à l'embauche à cause de l'accent est avérée
La discrimination à l'embauche à cause de l'accent est avérée © Maxppp - Eric Audras

Selon une enquête Ipsos/Babbel, 34% des français souhaitent effacer leur accent en parlant une langue étrangère.

Et c'est le cas aussi en quand on parle français, avec notre accent ! _"Nos propres accents régionaux, locaux, sociaux, différents selon les générations_, on apprend dès l'école que c'est mal et qu'on devrait parler avec l'accent de la bourgeoisie parisienne!", s'emporte Philippe Blanchet, professeur de sociolinguistique à l'université Rennes 2.

L'accent de basse-Bretagne, une image négative ?

Philippe Blanchet, breton d'adoption parle avec l'accent marseillais : "Les différents accents locaux ont été hiérarchisés, c'est regrettable. Certains ont une image un peu plus positive. Mais ça a un revers négatif, parler avec un accent méridional, ça ne fait pas sérieux. Des accents picards ou parfois de basse-Bretagne ont une image moins positive voire carrément négative."

Les Bretons ont bien raison de parler français à leur façon

"Ça a été connoté plouc, et ce n'est pas vrai ! On a fait croire aux gens que ça les rabaissait socialement pour essayer de les forcer à l'abandonner, mais les Bretons ont bien raison de parler français à leur façon. _Ils sont déjà bien gentils de parler français_, ils pourraient parler breton!"

Mais les accents se rebiffent : "Il y a une prise de conscience du caractère arbitraire et abusif de la moquerie et du rejet des accents. Rappelez-vous de l'affaire Mélenchon. Les gens se réapproprient l'idée qu'ils ont bien le droit de parler à leur façon, puisqu'on a le droit d'être différents les uns des autres tout en parlant une langue qui nous permet de nous comprendre. C'est en train de s'améliorer un peu, mais il y énormément de travail à faire. "

Il y a une croyance autour de la langue française qui devrait être unique et unifiée

"On a fait beaucoup d'enquêtes, on a recueilli beaucoup de témoignages, on sait que le rejet des gens à cause de leur accent est extrêmement fréquent dans tous les domaines de la vie sociale. C'est une forme de discrimination. _Il y a une discrimination à l'embauche claire_, revendiquée par les embaucheurs : on refuse les gens en fonction de leur prononciation du français ce qui est absurde et injuste."

Glottophobie : discrimination par l'accent

Philippe Blanchet a donné un nom à cette discrimination : La glottophobie. "C'est une discrimination comparable à une discrimination à l'origine, qu'on appelle la xénophobie. C'est abusif de rejeter les gens et de les trier en fonction de leur accent ! Il y a un troisième projet de loi à l'assemblée nationale en cours de préparation. Il y a de bonnes probabilités qu'il soit voté."

Philippe Blanchet a publié : Discriminations : "combattre la glottophobie" aux éditions Lambert-Lucas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess