Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pourquoi l'avenir industriel du Nord Franche-Comté passe par l'hydrogène

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Selon une étude commandée par la préfecture du Territoire de Belfort auprès de l'AUI et de l'UTBM, le Nord Franche-Comté doit se tourner vers l'hydrogène. Ce gaz peut être utilisé comme carburant neutre en carbone. Et la région aimerait et pourrait devenir le leader français en la matière.

 Le site industriel de General Electric à Belfort.
Le site industriel de General Electric à Belfort. © Maxppp - Marc André

L'avenir industriel du Nord Franche Comté passe par l'hydrogène. C'est en tous cas ce qui ressort d'une étude commandée par la préfecture du Territoire de Belfort auprès de l'Agence d'Urbanisme et d'Investissement et de l'UTBM afin de savoir vers quel secteur les industries du Nord Franche-Comté peuvent se tourner pour créer des emplois.  

Petit rappel : l'hydrogène c'est un carburant neutre en carbone, obtenu en remplaçant des combustibles fossiles dans des secteurs difficilement électrifiables comme l’industrie. L'hydrogène peut aussi s'utiliser dans le domaine des mobilités : "des trains régionaux commencent à circuler, avec des systèmes "pile à combustible" pour produire l'électricité sur des voies qui ne sont pas électrifiées. L'Allemagne vient d'ailleurs de commander plusieurs dizaines de trains régionaux. L'Italie a, elle aussi, commandé 200 trains régionaux. Dans le domaine des mobilités toujours, 1.600 petits camions utilitaires vont être déployés, chez notre voisin, en Suisse", explique le directeur de l'UTBM, Ghislain Montavon.

Trois étapes pour devenir le leader français de l'hydrogène

Les résultats de l'étude ont été présentés le mardi 21 juillet dernier à une délégation où figuraient notamment le préfet, les présidents des agglomérations de Belfort et de Montbéliard mais aussi plusieurs députés et la présidente de la région Bourgogne Franche Comté.  Sept mesures phares ressortent de cette étude. Et pour que ces propositions permettent au Nord Franche-Comté de devenir le territoire leader dans la production de l'hydrogène, il y a trois étapes.  

La première c'était de dégager ces propositions. Et c'est ce qui a été fait lors de la réunion du 21 juillet entre acteurs privés et publics. Par exemple : savoir produire de l'électricité et de la chaleur via l'hydrogène. Selon l'étude, la région en est capable. Ensuite, la deuxième étape, et c'est la mission de la région et des agglomérations, c'est de trouver des investisseurs et des investissements pour que ces propositions deviennent concrètes. Il faut donc des acteurs industriels. Les entreprises ont été identifiées. Parmi celles-ci on retrouve General Electric, PSA ou encore Faurecia. Mais d'autres devront s'implanter dans la région. Un travail de lobbying qui est effectué en ce moment et qui devrait s’accélérer à la rentrée selon le préfet du Territoire de Belfort.  

Enfin, il faut obtenir des aides publiques. Celles de l'Etat, de l'Ademe, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, par exemple. Un plan régional a lui déjà été promis par Marie-Guite Dufay. Il devrait être de 90 millions d'euros et sera présenté cet automne.

L'hydrogène, priorité de l'Etat ?

Pour David Philot, le préfet du Territoire de Belfort, c'est une évidence. Il faut faire du Nord Franche Comté LE territoire leader dans la production de l'hydrogène : "On n'est plus dans la phase du pari on est dans une phase où la maturité technologique est là. Elle est avérée. Quoi qu'il arrive, que ce soit la Franche-Comté ou ailleurs, les axes dégagés dans l'étude, des acteurs vont les prendre. C'est sûr et certain, on n'a pas le choix si on veut décarboner les transports, le résidentiel, le tertiaire, l'industrie. Le projet s'adresse à tout cela, donc ça nous éclaire le chemin pour que on soit la région et le territoire leader sur cet usage de l'hydrogène."   

Le 21 juillet dernier lors de son interview au « 20 heures » de TF1, Emmanuel Macron a répété plusieurs fois que la France allait financer des industries comme l'hydrogène pour créer de l'emploi, grâce notamment au plan de relance européen. Selon le quotidien Le Monde, pour développer le secteur de l'hydrogène l'état français devrait investir plus de 10 milliards d’euros et les acteurs du privé (Air liquide, Engie ou Total) près de 25 milliards d’euros

Choix de la station

À venir dansDanssecondess