Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pourquoi les prix des loyers ne baissent pas à Paris alors que l'offre explose ?

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un propriétaire sur trois laisse tomber les locations type Airbnb faute de touristes, avec la crise sanitaire, selon une étude de PAP.fr. Mais les loyers ne baissent pas pour autant, car ces biens sont "suréquipés", explique la directrice du site immobilier pour les particuliers.

Appartement mis en location à Paris 20e
Appartement mis en location à Paris 20e © Radio France - Martine bréson

Les locataires n'ont jamais eu autant de choix, notamment à Paris. Les locations courte durée, de type Airbnb,  ont pris "un sacré coup" avec l'épidémie de coronavirus, confirme Corinne Jolly, la directrice du site PAP.fr, invité de France Bleu Paris ce mardi. Pas de tourisme international, moins de voyages d'affaires, etc. Résultat, les propriétaires remettent leur logement sur le marché locatif longue durée. 

Pas de baisse des prix

Plus d'offres, mais des loyers qui ne baissent pas. "Beaucoup de logements sont suréquipés, avec mention 'refait par architecte d'intérieur', des décorations très design, et ils sont proposés chers", explique Corinne Jolly. Résultat, les propriétaires mettent plus de temps à louer "parce que leur bien est suréquipé par rapport à ce que peut chercher un étudiant ou un jeune travailleur". 

A titre d'exemple, la directrice de PAP.fr a repéré un appartement de 20 mètres carré à 1.500 euros par mois dans le XIIe arrondissement. "C'est le plus cher que j'ai vu, et malgré tout deux demandes", indique Corinne Jolly. Avec un loyer plus abordable, il y aurait pu y avoir "des dizaines" de contacts. 

Paris boudé par les Parisiens

Autre constat chiffré, les Parisiens s'éloignent de plus en plus pour acheter "plus grand et plus vert". A Paris, le nombre de recherches pour acheter a baissé de 5%, selon l'étude de PAP, alors que "la petite couronne augmente de 30% et la grande couronne de 60 à 80%". Le département tendance en Ile-de-France, c'est la Seine-et-Marne (+118%). Les Parisiens sont aussi nombreux à se tourner vers l'Yonne, le Loiret, l'Eure-et-Loir.

Ces nouvelles tendances ont-elle un impact sur les prix dans la région ? "On a observé une hausse des prix sur les maisons, notamment sur les communes près des gares à une heure de paris." Un phénomène corrélé au télétravail précise Corinne Jolly.

Louer, acheter, ou attendre ?

La directrice du site PAP.fr assure qu'il reste intéressant aujourd'hui d'acheter avec les taux toujours très bas. Toutefois, elle note un obstacle nouveau en ces temps de crise économique. "Les banques sont très vigilantes à votre employeur ou secteur d'activité. Par exemple, si vous travaillez dans le tourisme et la restauration, c'est très difficile d'acheter. Il y a un certain nombre de dossiers qui sont refusés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess