Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pourquoi les stations de ski des Pyrénées ont parfois du mal à recruter des saisonniers

mercredi 24 octobre 2018 à 15:58 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

La saison de ski approche, les stations de sport d'hivers des Pyrénées sont en plein recrutement des saisonniers. Et il y a des opportunités, car de nombreuses offres d'emploi ne trouvent pas preneur. En cause, les conditions de travail et le coût du logement.

La station de sport d'hiver de Luchon Superbagnères
La station de sport d'hiver de Luchon Superbagnères © Radio France - Vanessa Marguet

Toulouse, France

La neige est attendue sur les Pyrénées ce Samedi 27 Octobre. La saison dans les stations de sport d’hiver doit démarrer autour de début décembre, et les derniers recrutements se bouclent en ce moment, dans l'hôtellerie restauration, aux guichets, des postes de pisteurs, aux remontées mécaniques, mais aussi auxiliaires de puériculture ou secrétaires. Les forums de l'emploi se multiplient, car dans les stations de ski, on a parfois du mal à recruter des salariés pour la saison.

Des frais de logement hors de prix

A la station de Peyragudes entre la Haute-Garonne et les Hautes Pyrénées, à peu près tous les salariés ont déjà reçu leur promesse d'embauche, 180 personnes vont y travailler au plus fort de l'hiver. La plupart sont des locaux, ils habitent dans la vallée. Mais, le logement reste souvent le nerf de la guerre du recrutement des saisonniers. « Il n’y a pas forcément beaucoup de logements bon marché - explique le directeur de Peyragudes, Laurent Garcia – les collectivités en sont conscientes. On a des projets actuellement en vallée du Louron pour développer du logement locatif pour les salariés. Ce qui reste un enjeu, c’est de fidéliser ces travailleurs saisonniers. Cela passe par tout un dispositif d’accompagnement, de formation, de reconnaissance personnelle pour éviter un maximum le turn-over. »

Le directeur de la station de Peyragudes - Laurent Garcia

Des aides au logement et à la formation

Quand on est saisonnier et qu’on gagne 1300€ dans la saison, c’est-à-dire à peu près le SMIC, et qu’on a un logement à 800€, est ce que finalement ça vaut le coup de travailler ?

Grégory Martin, le secrétaire général de la CFDT Occitanie, très présent sur ce dossier des salariés saisonniers explique que son syndicat travaille avec les collectivités locales pour trouver des logements spécifiques pour les saisonniers « de façon à ce qu’ils aient moins à dépenser pour leur logement et que leur salaire serve à leurs conditions de vie par ailleurs. Il y a aussi des problèmes de pouvoir d’achat, parce que lorsqu’on est sur une station de ski, lorsqu’on doit se nourrir, on sait qu’en saison les prix sont un peu plus chers que d’habitude et sur le salaire ça compte. Là encore, nous essayons de travailler avec les employeurs pour qu’ils aient des chèques qui leur permettent de payer moins cher leur nourriture de tous les jours. »

« On a négocié dans la loi avec l’Etat le dispositif Visal qui permet aux jeunes d’avoir une garantie sur leur logement, qu’ils n’aient pas besoin de leurs parents pour une garantie sur la location. Au fil des années, le travail saisonnier est rentré dans le cadre légal normal. Maintenant, les heures supplémentaire sont encadrées, dès la huitième heure c’est 25% supplémentaire, c’est la règle. Les saisonniers bénéficient aussi d’un volant de formation dès la fin de leur contrat car ils changent pas mal de métier, de secteur professionnel, il est donc important que les saisonniers aient des droits supplémentaires. »

Réécoutez l'interview de Gregory Martin - délégué régional de la CFDT Occitanie

Gregory Martin de la CFDT Occitanie invité de France Bleu Occitanie - Radio France
Gregory Martin de la CFDT Occitanie invité de France Bleu Occitanie © Radio France - Olivier Lebrun

Les stations déjà victimes du réchauffement climatique

« Le réchauffement climatique amène de plus en plus à des taux d’enneigement qui baissent, il y a déjà des cas de petites stations à faible altitude qui embauchent moins de gens, car il y a moins de neige, du coup moins de touriste et cela a un impact sur l’emploi – explique Grégory Martin de la CFDT. 

On voit la saisonnalité se déplacer sur la région Occitanie, on passe d’une saisonnalité dans les Pyrénées, à une saisonnalité sur le littoral.

« On voit les nuitées augmenter sur le littoral, car il fait plus beau l’hiver en bord de mer, la saison s’allonge. Du coup, les employeurs embauchent un peu plus et surtout plus longtemps sur le littoral. On voit des mutations liées au réchauffement climatique, le problème, c’est aujourd’hui, et ce n’est pas seulement dans 20, dans 30 ou dans 50 ans. »

En Occitanie, il y a 200 000 emplois saisonniers chaque année. 49% des embauches dans la région sont des contrats saisonniers.