Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pouvoir d'achat des retraités : Les associations caritatives s'inquiètent de la baisse des dons

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les associations caritatives constatent une baisse des dons depuis l'an dernier. le phénomène s'accentue, car les principaux donateurs sont les retraités, qui manifestent ce jeudi contre la baisse des pensions.

Secours populaire de Vaucluse
Secours populaire de Vaucluse © Radio France - Aurélie Lagain

Les retraités manifestent ce jeudi contre la baisse des pensions. A Avignon, le rassemblement a lieu a 10h30 devant la Cité administrative.

Leur bête noire ? La hausse de la CSG de 1,7% pour les retraites supérieures à 1.200 euros bruts. Selon les pensions, cela représente plusieurs dizaines d'euros par mois, plusieurs centaines par an. Gisèle, institutrice à la retraite a scruté son relevé : "Je perds 40,40 euros. C'est injuste".

"Je donne moins qu'avant"- Marie-France, retraitée

Conséquence ? "Je donnais de l'argent à des associations. J'ai envoyé un courrier comme quoi je ne participais plus pour que ça remonte au ministère." Marie-France aussi, explique. Elle a réduit le budget loisirs, vêtements, voyages... "Je fais plus attention. Je donne moins qu'avant."

Dans les associations, de nouveaux types de courriers arrivent. Des enveloppes, sans chèque à l'intérieur, mais avec un mot d'excuse. Olivier Fantone, du Secours catholique de Vaucluse reçoit ces nouveaux plis, émanant de personnes "plutôt âgées", et expliquant : "Mes ressources ne me permettent plus de donner autant".

Au Secours populaire de Vaucluse, Martine Merlo ouvre aussi le courrier, avec le même type de petit mot : "Ne m'envoyez plus de sollicitations. Ma retraite n'a pas augmenté, mais tout augmente, l'eau, le gaz, l'électricité. Je ne peux plus donner cinq ou dix euros par mois. C'est de plus en plus courant"

Certains viennent même s'excuser en personne, de ne pas amener de chèque : "Depuis le mois de janvier, j'ai perdu 20, 30, 40 euros...", voilà ce qu'entend de plus en plus Martine Merlo.

"Un séisme sur le front de la générosité en France" - Christophe Leroux, Ligue contre le cancer

Plus de la moitié des donateurs a plus de 60 ans, précise France Générosités. 

C'est donc un vrai problème que pose en chiffres la Ligue contre le cancer : -5% pour les dons en 2017,  "2018 commence sous les mêmes auspices", déplore Christophe Leroux. 

En cause les incertitudes fiscales, mais aussi évidemment la hausse de la CSG. "Les personnes retraitées ne donnent plus ou moins ou donneront plus tard, cela provoque un séisme sur le front de la générosité en France".

Donner à une association d'intérêt général ou d'utilité publique donne droit à 66% de réduction d'impôts, et même 75% pour les organismes d'aide aux personnes en difficulté.

Choix de la station

France Bleu