Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prélèvement à la source : "Ça va mettre une très mauvaise ambiance dans les entreprises" selon la CPME azuréenne

mercredi 5 septembre 2018 à 9:15 Par Emma Sarango, France Bleu Azur

Au lendemain de l'annonce du maintien du prélèvement à la source au 1er janvier prochain, France Bleu Azur a reçu mercredi matin le président de la CPME, la Confédération des petites et moyennes entreprises dans les Alpes-Maritimes. "Une réforme coûteuse" selon Honoré Ghetti.

Honoré Ghetti, président de la CPME dans les Alpes-Maritimes, invité de France Bleu Azur
Honoré Ghetti, président de la CPME dans les Alpes-Maritimes, invité de France Bleu Azur © Radio France - Sarango

Nice, France

Après une semaine de tergiversations, le gouvernement maintient finalement le prélèvement à la source au 1er janvier prochain. La réforme de l’impôt sur le revenu contestée par l’opposition, par certains contribuables mais aussi par les entreprises. "Nous avons perdu, nous avons été renvoyés dans les cordes par le Premier ministre" reconnaît Honoré Ghetti, invité de France Bleu Azur mercredi matin. Le président de la CPME (Confédération des Petites et Moyennes entreprises dans les Alpes-Maritimes) dénonce d'abord le coût de la réforme. "J'ai demandé à mon comptable qui va me facturer 5% de plus pour chaque fiche de paye".

Le tabou du salaire rompu

Par ailleurs, Honoré Ghetti redoute une dégradation des relations au sein de l'entreprise. "En France, il y a une culture du secret du salaire" explique ce patron d'une boulangerie. "Alors _quand il va y avoir des négociations salariales_, on va dire "un tel n'a pas besoin d'être augmenté avec les impôts qu'il paye"" craint le président de la CPME. "Ca va mettre une très mauvaise ambiance dans les entreprises".

Première étape pour la mise en place du prélèvement à la source : la validation avant le 15 septembre du taux de prélèvement inscrit sur l'avis d'imposition.

Honoré Ghetti, président de la CPME des Alpes-Maritimes, invité de France Bleu Azur