Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prélèvement à la source : hausse de l'affluence des contribuables à l'accueil du centre des impôts de Périgueux

-
Par , France Bleu Périgord

Depuis la mise en place de la réforme du prélèvement à la source, les contribuables sont nombreux à se déplacer au centre des finances publiques à Périgueux pour lever les doutes et avoir des réponses sur ce nouveau mode de prélèvement de l'impôt.

Au centre des impôts de Périgueux, les agents doivent faire preuve de pédagogie pour expliquer la réforme du prélèvement à la source.
Au centre des impôts de Périgueux, les agents doivent faire preuve de pédagogie pour expliquer la réforme du prélèvement à la source. © Radio France - Emeline Ferry

Périgueux, France

Au centre des finances publiques de Périgueux, on se prépare à cette grande réforme depuis près de deux ans. Et pour cause : la réforme du prélèvement à la source amène beaucoup de changements dans les services. 200 agents ont été formés dans le département, pour savoir comment gérer ce nouveau mode de prélèvement de l'impôt, mis en place depuis le 1er janvier.

À l'accueil, le personnel est renforcé pour faire face à l'affluence des contribuables qui cherchent des réponses. Richard, par exemple, travaille régulièrement à l'accueil, en renfort. Mais depuis début janvier, il répond aux usagers quatre jours par semaine. "Il y a à peu près trois ou quatre fois plus de monde que d'habitude", dit-il. "On peut recevoir jusqu'à 30 ou 40 personnes dans la journée". Presque deux fois plus que lors d'une journée classique. 

Faire preuve de pédagogie

Les rendez-vous sont souvent plus longs, car les agents font preuve de beaucoup de pédagogie pour expliquer cette réforme. "Cela nécessite plus de temps, car il faut tout reprendre en détails. On répond aux questions, on calcule le taux, on fait des modifications de situation de famille... Donc on prend le temps de faire la manipulation avec l'usager, pour qu'il puisse la refaire plus tard chez lui en ligne si sa situation évolue", explique Éliane, derrière son bureau à l'accueil.

Dans différents services (à l'accueil, au service de l'impôt des particuliers, des entreprises, des collectivités locales), il a fallu d'adapter. Et forcément, la fatigue s'accumule. "Il y a de la surcharge de travail, qui a du mal à être absorbée", indique Olivier Darrin, co-secrétaire CGT des finances publiques. "On met le paquet à l'accueil, en mettant un peu plus d'agents pour répondre à l'affluence des contribuables, qui viennent légitimement poser d'innombrables questions. Mais la crainte qu'on a, c'est que les retards s'accumulent sur certains dossiers"

Au centre des impôts de Périgueux, les agents doivent faire preuve de pédagogie pour expliquer la réforme du prélèvement à la source. - Radio France
Au centre des impôts de Périgueux, les agents doivent faire preuve de pédagogie pour expliquer la réforme du prélèvement à la source. © Radio France - Emeline Ferry

"200 agents ont été formés sur tout le département. Il y a eu quelques changements, mais il n'y a pas de réorganisation profonde du métier de nos agents", explique Muriel Larivière, directrice-adjointe du centre des finances publiques de Périgueux. "On est dans une phase de pédagogie, donc c'est un investissement pour nos équipes, mais elles sont très impliquées et font preuve d'un grand professionnalisme et de pédagogie. Globalement, la relation avec les usagers se passe bien", ajoute-t-elle. 

Cette réforme est préparée depuis plusieurs mois, assure la direction, et l'affluence est plus modérée que ce qui était attendu. Il y a eu beaucoup de monde pendant la première quinzaine de janvier. Il devrait encore y avoir de nombreux contribuables la semaine prochaine, quand les salariés du privé auront reçu leur fiche de paye. Mais l'affluence devrait se calmer ensuite.