Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prélèvement à la source : "il fallait occuper l'espace médiatique" dénonce Christian Eckert

mercredi 5 septembre 2018 à 9:25 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

Alors que le Premier ministre a confirmé, ce mardi, l'entrée en vigueur du prélèvement de l'impôt sur le revenu au premier janvier prochain, après plusieurs jours d'incertitude. Pour l'ancien ministre lorrain du budget, Christian Eckert, c'est "la fin d'un gros couac".

La réforme du prélèvement de l'impôt sur le revenu entrera bien en vigueur le 1er janvier prochain.
La réforme du prélèvement de l'impôt sur le revenu entrera bien en vigueur le 1er janvier prochain. © Maxppp - Sylvie Cambon

Metz, France

C'est l'un de ceux qui a décidé de l'entrée en vigueur du prélèvement à la source en France. L'ancien ministre socialiste et lorrain du budget, Christian Eckert, a évidemment observé attentivement la séquence qui vient de s'achever, ce moment de flottement au sein du gouvernement, finalement tranché ce mardi par le Premier ministre Edouard Philippe : la réforme entrera bien en vigueur le premier janvier prochain.

Pour Christian Eckert, c'est "la fin d'un gros couac. On avait mis en place une réforme, votée en fin de quinquennat de François Hollande, fin 2016. Je ne m'explique pas ce suspense insoutenable. Je pense qu'il y a aussi peut-être la volonté de casser quelques difficultés. Ce gouvernement est en proie à des difficultés. Il y a eu deux grosses démissions très récemment, il y a des gens qui doutent, il y a des mesures très dures qui se préparent. Donc il fallait occuper l'espace médiatique, c'est peut-être une explication."

Mais pour l'ancien député du Pays Haut, le plus important, "c'est que la réforme se fasse. Elle a été votée, elle a été construite, maintenant il faut la décliner, il faut la porter, il faut l'expliquer à nos concitoyens. On craint des erreurs ? Mais on est passé à l'euro, tout le monde avait dit ça va être terrible, il n'y a pas eu de catastrophe. On est passé à l'an 2000, on avait parlé du bug de l'an 2000, il n'y a pas eu de bug de l'an 2000. Si ça met un ou deux mois pour être absolument efficace, ça n'est pas grave."