Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prélèvement à la source : les centres d'appels et d'impôts toujours surchargés malgré des renforts

jeudi 3 janvier 2019 à 18:47 - Mis à jour le vendredi 4 janvier 2019 à 12:14 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Malgré le déploiement de 200 agents supplémentaires annoncé dans la matinée par le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, les centres d'appels mis en place pour répondre aux questions sur la réforme du prélèvement à la source restaient surchargés jeudi, comme nombre de centres d'impôts.

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin à Paris, le 6 novembre 2018
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin à Paris, le 6 novembre 2018 © AFP - ERIC PIERMONT

Quelque 90.000 appels avaient été reçus jeudi en début d'après-midi sur le numéro non surtaxé (0 809 401 401) mis en place par le gouvernement en complément du site internet impots.gouv.fr pour répondre aux questions des contribuables sur le prélèvement à la source, selon Bercy. Un chiffre en légère baisse par rapport à la veille - 130.000 appels reçus à la même heure, 150.000 sur l'ensemble de la journée - selon le ministère de l'Économie.

Pour faire face à l'affluence au standard téléphonique et dans les centres d'impôts, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a annoncé jeudi le déploiement de 200 agents supplémentaires, portant à 900 le nombre de personnes mobilisées dans les 14 centres d'appels sur le prélèvement.

Lignes téléphoniques et centres saturés

Mais la ligne téléphonique consacrée au prélèvement à la source restait fortement saturée jeudi après-midi selon les journalistes de l'AFP qui ont tenté à de nombreuses reprises de joindre les agents.

"Nous avons eu effectivement un peu plus de personnes (...) que nous ne pouvions répondre au téléphone", a reconnu le ministre lors d'une conférence de presse. Mais selon lui "les choses fonctionnent" : "la fusée de l'impôt à la source est bien partie et est partie bien droite", a-t-il déclaré.

Au total, 40.000 agents ont été formés pour répondre aux sollicitations du public. Parallèlement aux appels téléphoniques, 280.000 connexions liées au prélèvement à la source ont été enregistrées mercredi sur le site des impôts, et 100.000 personnes se sont déplacées dans les centres des finances publiques. En Indre-et-Loire, dans la Marne et les Ardennes, à Vierzon dans le Cher ou à Rennes par exemple, nombre de contribuables sont venus signaler un changement de situation. "On a eu toutes les informations mais il y a tout de même une heure d'attente parce qu'il y a beaucoup de monde"  a raconté Aurélien à France Bleu Armorique.

Des contribuables venus signaler un changement de situation

"Actuellement ce sont plutôt les retraités qui nous posent des questions, car les pensions de retraite du régime général sont versées en début de mois" a expliqué Jacques Bazard directeur départemental des finances publiques d'Indre-et-Loire à France Bleu Touraine. Lui redoute une affluence plus importante encore à la fin du mois, quand les salariés recevront leur première fiche de paye de l'année.

La réforme du prélèvement à la source, entrée en vigueur le 1er janvier, après trois années d'intense préparation, prévoit que l'impôt soit collecté directement sur les salaires ou pensions et non plus un an après comme c'était jusqu'à présent le cas. 

Elle offre la possibilité aux contribuables qui le souhaitent de modifier leur taux d'imposition pour l'adapter à leurs variations de revenus, ce que 57.000 d'entre eux ont souhaité faire dès mercredi, expliquant en partie la forte affluence dans les trésors publics, sur internet ou bien par téléphone.