Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prélèvement de l'impôt à la source : Oui sur le fond, non sur la forme pour les artisans de Bretagne

jeudi 30 août 2018 à 18:36 Par Aurélie Lagain, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Emmanuel Macron veut des "réponses précises"avant de décider de mettre en place vraiment le prélèvement à la source au 1er janvier 2019. Les artisans ne sont pas d'accord sur les modalités.

Déclaration d'impôts (illustration)
Déclaration d'impôts (illustration) © Maxppp -

Le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source, c'est pour le mois de janvier 2019, même si Emmanuel Macron dit vouloir "des réponses précises" de la part de ses ministres avant de décider de la date finale. La taxe sera prélevée directement sur les pensions, sur les salaires également, sur la base d'un taux transmis par le fisc, déterminé par votre déclaration de revenus. 

Guy Stéphan est le secrétaire général de l'U2P, l'union des entreprises de proximité dans le Finistère, qui regroupe 97.000 entreprises en Bretagne. "L'U2P est favorable au prélèvement de l'impôt à la source, mais pas dans les conditions que le gouvernement actuel souhaite mettre en place. Nous avons demandé au gouvernement que ce soit un prélèvement bancaire direction par l'administration fiscale et non pas par les entreprises."

Car la réforme va coûter cher. Beaucoup d'artisans ne font plus leurs fiches de paie eux-mêmes, ils ont recours à des cabinets de comptables. "Le surcoût a été estimé à 150 euros par an et par salarié" au mois d'avril, précise Gilles Stéphan, propriétaire d'un restaurant à la Torche.

Reste "l'impact social et environnemental", s'inquiète tout de même le restaurateur. Même appréhension pour le patron de la CPME du Finistère : "Ca va diminuer nettement la somme en bas de la fiche de paie. Ils vont venir nous voir en disant d'augmenter leurs salaires, parce qu'ils ont perdu 100-200 euros... pour ceux qui sont imposables ! Ceux qui ne sont pas imposables, ça ne changera rien..."