Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prélèvement de l'impôt à la source : "tout est prêt" au centre des finances publiques de Lille

jeudi 6 septembre 2018 à 10:42 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord

L'impôt sur le revenu sera bien prélevé à la source à partir du 1er janvier prochain. Le premier ministre Edouard Philippe l'a confirmé le 4 septembre. Les services des impôts de Lille assurent que, techniquement, tout est prêt. Nous nous sommes rendus sur place.

Avec le prélèvement à la source, vous devrez toujours remplir votre déclaration de revenus chaque année
Avec le prélèvement à la source, vous devrez toujours remplir votre déclaration de revenus chaque année © Maxppp - PHOTO PQR / VOIX DU NORD (Illustration)

Lille, France

Le prélèvement de l'impôt à la source sera donc bien une réalité dès le 1er janvier prochain 2019.  Après une semaine d'hésitations, et des doutes émis par le président de la République lui-même, le premier ministre Edouard Philippe a levé les dernières interrogations ce mardi soir.

Votre impôt sur le revenu sera donc déduit de votre salaire, grâce au taux transmis par les services fiscaux à votre employeur, ou à votre caisse de retraite. Un taux que vous venez de recevoir, avec votre avis d'imposition. 38 millions de foyers fiscaux sont concernés en France.

40 000 agents formés en France

Dans le Nord, 800 agents ont été formés pour basculer au prélèvement à la source. D'importants efforts de communication sont faits envers les contribuables précise Elise Grimonpont, inspectrice des finances publiques à Lille : "on peut être reçu avec ou sans rendez-vous, on a un numéro d'appel dédié au prélèvement à la source, on peut chatter en ligne. On essaie d'être au plus près des préoccupations de nos usagers. Après, à chaque usager de devenir acteur, il faut profiter de ce nouveau système, de cette modernisation, pour rendre l'impôt contemporain à la perception des revenus".

Elise Grimonpont, inspectrice des finances publiques à Lille

Une montée en puissance des questions sur l'impôt à la source

Dans le hall d'entrée de la cité administrative de Lille, ils sont plusieurs centaines, avis d'imposition à la main, à venir chaque jour, solliciter des inspecteurs des finances publics, pour un éclairage ou une réclamation. Tous savent que leur impôt sera prélevé directement sur leur salaire à partir de janvier, comme Sandy : "comme je suis en prélèvement automatique, ça ne changera pas grand-chose. Maintenant, j'ai peur que ce soit tellement énorme au niveau administratif, qu'il y ait des petits couacs au début".

Annie, retraitée, est dans la situation inverse, mais a les mêmes craintes : "j'aime bien faire mes affaires moi-même, donc je paye mes tiers. Là, je suis mise au pied du mur, je n'ai pas le choix. Ce que je crains, c'est qu'il y ait des erreurs".

Reportage à la cité administrative de Lille

Nos services sont prêts

Denis Bernard, administrateur des finances publiques, correspondant du prélèvement à la source dans le Nord, est optimiste pour la suite des événements : "nos services sont prêts. On attend sereinement l'échéance de janvier 2019". Quant aux employeurs qui pourraient s'inquiéter, l'administration fiscale affirme qu'ils ont à leur disposition un "kit collecteur". Denis Bernard reconnaît que "c'est un changement pour l'employeur". Mais il affirme que "ça ne crée pas une surcharge de travail significative".

A la cité administrative de Lille, les contribuables s'interrogent sur le prélèvement à la source

Invité de France Bleu Nord ce mercredi, le secrétaire départemental du syndicat Solidaires finances publiques, Sébastien Quérel, pourtant opposé à la réforme estime, lui aussi que "notre administration est prête. Ca fait trois ans qu'on travaille sur le prélèvement à la source". Pour lui, "les atermoiements, qui nous ont dérangés, sont plus politiques qu'administratifs".