Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Inauguration d'une première "maison en partage" à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère
Nîmes, France

Ce n'est ni une maison de retraite, ni une résidence privée. Bienvenue à la "maison en partage" (MEP) de Nîmes. Après un an de travaux, dans un immeuble situé rue Enclos-Rey, dix appartements ont été créés pour accueillir personnes âgées ou handicapées à faibles ressources.

Les élus du département et de la ville de Nîmes ont inauguré la maison
Les élus du département et de la ville de Nîmes ont inauguré la maison © Radio France - Solène Cressant

Un mode vie basé sur l'autonomie et la collectivité, c'est ce que propose ce type de maisons, labellisées par le Conseil départemental "maison en partage".

C'est une première à Nîmes, dix logements ont été créés dans un vaste immeuble réhabilité, pour accueillir des personnes âgées suffisamment autonomes ou en situation de handicap léger.

Les murs sont clairs, les volets verts et au centre, un patio au style méditerranéen. Tout a été aménagé spécifiquement pour des personnes à mobilité réduite. Cette résidence toute neuve, aux allures provençale, est la troisième du genre dans le département.

Les appartements vont de 20 à 47 mètres carrés et les loyers sont modestes, entre 150 et 320 euros par mois, pour accueillir des personnes de 60 ans et plus, à faibles revenus.

Une étape avant la maison de retraite

Les conditions pour louer un logement ici : être retraité, gagner moins de 10.000 euros par an et être relativement autonome, comme par exemple, savoir faire sa toilette seul ou se déplacer seul. L'idée de ce type d'établissement est de maintenir au maximum ces personnes à domicile, comme une étape avant la maison de retraite.

Régis Bernard est le président de l'association Habitat et Humanisme Gard, qui a financé une partie des rénovations. Il explique le principe de ces MEP.

Régis Bernard "un environnement convivial pour passer des jours heureux"

" Je me sentirai moins seul, ça va me permettre de rencontrer du monde" - Jean-Yves, futur résident

Pour être soutenu au quotidien, il y a la "maitresse de maison", Aurélie Alméras-Vignal, une assistante sociale présente tous les jours dans les lieux. Ses missions : les aider dans leurs démarches administratives, "_comme en ce moment, les déclarations d'impôt_s" souligne-t-elle,  organiser des sorties ludiques, ou les accompagner faire une course... C'est là tout le principe de cette maison en partage, où les résidents vivent en semi-collectivité.

L'un des appartements refait à neuf
L'un des appartements refait à neuf © Radio France - Solène Cressant

Pour l'instant, une dame de plus de 80 ans est installée. Prochainement, Jean-Yves, âgé de 60 ans et ancien employé des Chênes Verts emménagera dans le plus grand des appartements : "C'est magnifique ici", explique celui qui vit actuellement dans un logement humide, qu'il juge insalubre.

"J'adore la peinture qu'ils ont mise dans la cuisine et puis ça va me permettre de rencontrer du monde, ça c'est important, je me sentirai moins seul."

Reportage à la Maison en Partage

Choix de la station

À venir dansDanssecondess