Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Premières récoltes pour les tomates "made in Manche"

mercredi 10 avril 2019 à 8:03 Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin

Les voilà : les tomates made in Manche, produites dans la baie du Mont-Saint-Michel, à Brecey sur 17 hectares.

La toute première récolte pour les tomates de la baie du Mont-Saint-Michel
La toute première récolte pour les tomates de la baie du Mont-Saint-Michel © Radio France - Pierre Neveux

Brécey, France

Le projet est né il y a 4 ans, à la fin 2014  entre un entrepreneur français et un cultivateur hollandais et voilà enfin la première récolte, ce mercredi 10 avril 2019 dans la toute nouvelle serre de production en hors sol, où il fait entre 21 et 25 degrés au quotidien. 

La serre abrite 520 000 plants de tomates. C'est la plus grande serre d'un seul tenant et construite en une seule fois en Europe.

Des embauches pour le ramassage

Une centaine de personnes travaille aujourd'hui sur le site, elles seront 140 en haute saison, durant le pic de production de mai à septembre, et le responsable du site, Jean-Marc Paimblanc, espère que ce sera des postes fixes : "On veut garder nos salariés dans le temps. Mais si on manque de main d'oeuvre on aura recours à l'intérim pendant la période de ramassage, avec 8 heures de travail par jour et aussi du travail le samedi matin."

Entre 9 et 12 000 tomates par an devraient être récoltées. Elles seront distribuées dans les moyennes et grandes surfaces via les centrales d'achat, dans toute la Normandie jusqu'aux portes de la Bretagne et de Paris. 

Le prix ? C'est secret professionnel ! A découvrir sur les étals.