Économie – Social DOSSIER : La nouvelle maison d'arrêt de Saint-Bonnet-les-Oules

Près de 1.000 manifestants contre la prison de Saint Bonnet-les-Oules

Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Saint-Étienne Loire samedi 12 novembre 2016 à 16:04

Des habitants des communes avoisinantes se sont retrouvés pour manifester à Saint Bonnet-les-Oules
Des habitants des communes avoisinantes se sont retrouvés pour manifester à Saint Bonnet-les-Oules © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Les habitants de Saint Bonnet-les-Oules se sont une nouvelle fois rassemblés pour s'opposer au projet de construction d'une prison sur leur commune. Cette fois, ils étaient entre 800 et 1500 à manifester, rejoints par les habitants des communes alentour.

"Non à la prison". Le slogan s'affiche partout, sur les pancartes, les banderoles, les maisons, et même en lettres blanches dans un grand champ qui surplombe la commune. Quatre mots qui sont repris par tous les habitants, comme une incantation pour faire en sorte que le ministère de la justice change d'avis, et construise la nouvelle prison ailleurs.

Mobilisation en famille

Ils sont venus en famille pour manifester. Les enfants ont dessinés eux-mêmes leurs pancartes, et comme leurs parents, ils ont un avis tranché sur la question. "Y'a des gens qui habitent tout prêt, parfois ce sont nos copains et nos copines, on n'a pas envie qu'ils déménagent à cause d'une prison", explique Emma, 10 ans. Sa copine Jade renchérit : "moi j'habite à 1km de la future prison, alors on va sûrement l'entendre un petit peu."

Les enfants du village ont fabriqué leurs pancartes  - Radio France
Les enfants du village ont fabriqué leurs pancartes © Radio France - Anne Pinczon du Sel

L'association de riverains "Non à la prison" avance l'argument de la proximité d'un site classé Seveso et de l'aéroport d'Andrézieux-Bouthéon. Mais dans la bouche des habitants, on entend aussi des arguments du quotidien : "les voisins d'autres prisons comme Roanne nous ont bien dit que c'était un désagrément, il y a quand même beaucoup de bruit, beaucoup de lumière", s'inquiète Christiane. " Une maman craint aussi que cette prison n'accueille surtout des courtes peines : "ça veut dire des arrivées, des sorties, des parloirs en permanence, on n'a pas forcément envie de ça juste à coté de nos maisons."

Trop proche des habitations

Les habitants estiment que les maisons les plus proches ne seront qu'à quelques centaines de mètres de la future prison. "Et ça va faire baisser le foncier. Forcément quand on va dire qu'il y a une maison à vendre juste à coté de la prison, elle n'aura plus beaucoup de valeur"**,** avance Stéphanie. Alors si beaucoup reconnaissent qu'il faut une nouvelle prison, "plus décente pour les prisonniers', ils ne veulent pas qu'elle soit construite ici. "On devrait bien trouver un terrain qui n'impacte pas autant de monde", estime Christiane.

Des vaches oui, des prisonniers non !

Les agriculteurs aussi se sont mobilisés. Avec leurs tracteurs, ils font passer leurs messages : "des vaches oui, des prisonniers, non." Et c'est un argument de plus dans la besace des opposants : "ce terrain, ce sont des terres agricoles. Il n'y en a déjà plus beaucoup, alors on veut les garder" .

Une vingtaine de tracteurs ont pris part au cortège - Radio France
Une vingtaine de tracteurs ont pris part au cortège © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Le maire de Saint Bonnet-les-Oules va rencontrer le préfet le 24 novembre pour réclamer des explications. Le ministère de la justice devrait trancher sur le sujet mi-décembre.

Un seul slogan, pour tenter de faire changer d'avis le ministère de la justice  - Radio France
Un seul slogan, pour tenter de faire changer d'avis le ministère de la justice © Radio France - Anne Pinczon du Sel

→ À lire aussi :