Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Près de 200 retraités dans les rues de Tours pour leur pouvoir d'achat et la revalorisation de leur retraite

jeudi 30 mars 2017 à 17:55 - Mis à jour le jeudi 30 mars 2017 à 18:12 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

Ils étaient près de 200 retraités à manifester jeudi après-midi dans les rues de Tours pour demander la revalorisation de leurs retraites et défendre leur pouvoir d'achat, à l'appel de plusieurs syndicats.

Nouvelle manifestation des retraités à l'appel de l'intersyndicale dans les rues de Tours
Nouvelle manifestation des retraités à l'appel de l'intersyndicale dans les rues de Tours © Radio France - Boris Compain

Tours, France

Les retraités manifestaient cet après-midi- jeudi - à Tours entre la place Jean Jaurès et la Préfecture pour la défense de leur pouvoir d'achat et interpeller les candidats à la présidentielle sur le quasi-gel de leur retraite depuis des années

Ils étaient près de 200 à avoir répondu à l'appel de plusieurs syndicats

Dans le cortège, Patricia et ses anciens collègues à la retraite depuis plusieurs années, chiffrent leur perte de revenus à près de 500 euros par mois entre leur dernier salaire net mensuel et leur pension actuelle. "Il faut faire attention à tout" dit Patricia "et la première chose que l'on sacrifie ce sont les sorties, la culture, car il faut payer les factures de gaz, d'électricité, d'eau qui elles n'arrêtent pas d'augmenter". A côté d'elle, cette autre manifestante à la retraite depuis une dizaine d'années refuse de sacrifier sa semaine de vacances au mois de juin, "mais" dit-elle "pour sauver cette semaine de vacances, je suis obligée de tirer sur mon budget tout le reste de l'année". Une chose est sûre, c'est pas vraiment comme cela qu'ils imaginaient leur retraite synonyme pour beaucoup de ceux qui ont répondu à l'appel des syndicats de privation. Ceux qui ont pu économiser avant de partir en retraite disent tous que leurs économies soient "sacrément entamées".

Aligner les retraites sur le SMIC et les faire évoluer en même temps que les salaires

Pour Gilles Maure , secrétaire départemental de l'union des retraités Force Ouvrière, pas question de laisser détruire le système de retraite par répartition, pas question de se lancer dans un système de retraites privées. "Depuis 4 ans", dit-il "les pensions et les retraites n'ont pas été revalorisées à part un 0,1% ridicule en 2015" et de poursuivre sa démonstration "sur la retraite minimum qui est de 800 euros, cette augmentation représente 80 centimes, c'est se foutre du monde !". Pour Gilles Maure, il faut faire évoluer les retraites au même rythme que les salaires.

Une manifestation pour interpeller les candidats à l'élection présidentielle

Tous les candidats ont promis des revalorisations de ces pensions et retraites avec quelques divergences notamment sur l'âge de départ à la retraite : Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Benoît Hamon revaloriseront le "minimum vieillesse", une allocation de 801 euros versée en cas de faibles revenus. François Fillon souhaite relever l'âge légal à 65 ans contre 62 actuellement et promet dans le même temps d'augmenter les retraites du régime de base inférieures à 1.000 euros par mois de 300 euros par an. Jean-Luc Mélenchon prévoit, lui au contraire, d'abaisser la retraite à 60 ans et un niveau de pension au minimum du Smic soit, 1.480,27 euros brut mensuels. C'est l'une revendication de la CGT, qui a appelé, avec 8 autres syndicats, à manifester ce jeudi pour un meilleur pouvoir d'achat des retraités.

Selon l'Insee, près d'un million de retraités vivaient sous le seuil de la pauvreté (1.008 euros par mois) en 2014. Le phénomène touche tout particulièrement les femmes, dont la pension de droit direct est inférieure de près de 40% par rapport à celle des hommes.