Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Près de 300 personnes défilent à Guéret ce mardi pour la fête du travail

mardi 1 mai 2018 à 15:05 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Creuse

Ils étaient entre 250 et 300 à défiler ce mardi dans les rues de Guéret, dans la Creuse, pour la fête du travail.

Les manifestants se sont retrouvés en fin de matinée devant la mairie de Guéret, avant de défiler dans les rues.
Les manifestants se sont retrouvés en fin de matinée devant la mairie de Guéret, avant de défiler dans les rues. © Radio France - Suzanne Shojaei

Guéret, France

Cheminots, enseignants, retraités. Comme l'an dernier, près de 300 personnes sont venues manifester leur mécontentement. "C'est surtout pour la sauvegarde du service public, raconte Magda, professeure en collège. On a de moins en moins de moyens alors qu'on nous en demande toujours plus."

Les cheminots, également, crient leur colère. "Notre député Jean-Baptiste Moreau a voté pour la privatisation, je trouve ça lamentable!, lance un cheminot. Ça veut dire qu'on n'aura plus rien en Creuse. Déjà, on veut nous supprimer tous les agents de circulation en gare de la Souterraine sur l'axe Paris-Toulouse."

Il y a les travailleurs, et puis les retraités. Paul est venu du Grand-Bourg pour protester. "J'ai subi l'une des mesures de Monsieur Macron, l'augmentation de la CSG. Avec mon épouse, on perd à peu près 50 euros par mois." 

"Pareil !, ajoute André, un autre retraité de Peyrabout. J'ai l'impression qu'on me fait les poches. Donc je suis là pour manifester parce que je n'ai aucun moyen physique d'assassiner politiquement le président."

Parmi les manifestants, il y a des cheminots, des retraités, ou encore des enseignants.