Économie – Social

Près de Dijon, un restaurant à volonté donne une amende aux gaspilleurs

Par Valentine Joubin, France Bleu Bourgogne et France Bleu lundi 4 janvier 2016 à 19:28

Dans ce restaurant, chaque assiette non terminée est facturée cinq euros
Dans ce restaurant, chaque assiette non terminée est facturée cinq euros - Valentine Joubin

À Marsannay-la-Côte, près de Dijon, les patrons d'un restaurant asiatique font payer un supplément de cinq euros pour chaque assiette non terminée. Une mesure qui a permis de réduire de 60% la nourriture gaspillée.

Qui n'a jamais eu les yeux plus gros que le ventre au restaurant? Depuis le 1er janvier 2016, vous n'avez, en théorie, plus besoin de vous forcer à terminer votre assiette. Les restaurants de plus de 180 couverts sont obligés de vous proposer un "doggy bag", c'est à dire d'emporter les restes chez vous. Une nouvelle habitude à prendre. En attendant, certains restaurateurs ont pris le problème à l'envers. Ils font payer un supplément aux gaspilleurs. À "La Fontaine du bonheur", un restaurant asiatique de Marsannay-la-Côte, près de Dijon, chaque assiette non terminée est facturée cinq euros. " C'est pour faire prendre conscience aux clients qu'il faut arrêter de gaspiller. Malheureusement c'est quand on tape au portefeuille qu'ils réagissent", justifie Emmanuel Jacquot le patron.

Le restaurant a réduit de 60% ses déchets de nourriture 

Les 80 plats de la carte du restaurant asiatique sont proposés en buffet à volonté , ce qui a entraîné des excès : "Un groupe de six personnes a laissé quatre assiettes pleines comme une montagne. C'est vraiment trop", raconte Jinmei Ye, cuisinière et patronne de l'établissement. Depuis la mise en place du supplément anti-gaspillage, seuls trois à quatre clients ont eu à payer les cinq euros. Mais le patron de "La Fontaine du Bonheur", Emmanuel Jacquot, en est certain, la menace de la sanction a changé le comportement de ses clients. La preuve c'est qu'en un peu moins de quatre ans, les quantités de nourritures jetées ont baissé de 60%

Avant d'attaquer le buffet à volonté, le client est prévenu - Aucun(e)
Avant d'attaquer le buffet à volonté, le client est prévenu - Valentine Joubin

 

Partager sur :