Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pression fiscale : la France deuxième au classement de l'OCDE

-
Par , France Bleu

La pression fiscale n'a jamais été aussi forte. Dans son dernier rapport, l'OCDE publie ce mercredi le classement des pays où les impôts et recettes sociales ont été les plus importants en 2013. Comme en 2012, la France se place à la deuxième position du classement avec un taux de prélèvement de 45% du PIB.

La France conserve la deuxième place des pays de l'OCDE où la pression fiscale est la plus forte
La France conserve la deuxième place des pays de l'OCDE où la pression fiscale est la plus forte © Maxppp

La pression fiscale a atteint des niveaux historiquement hauts en 2013. Dans le rapport qu'elle publie ce mercredi, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) relève une nouvelle hausse du ratio recettes fiscales-PIB. Et place à nouveau la France au deuxième rang des pays où la pression fiscale est la plus forte (45%), juste derrière le Danemark (48,6%).

Dans le détail, la France taxe donc 45% du PIB, contre 35% en moyenne dans les pays de l'OCDE. Ses recettes fiscales proviennent en majorité des contributions sociales (37% des recettes, contre 26% en moyenne dans l'OCDE), puis de la TVA (25% contre 33% en moyenne dans l'OCDE) suivi des impôts (18% des recettes, contre 25% en moyenne). 

La TVA sociale critiquée

Dans son rapport, l'OCDE révèle également que la TVA sociale bénéficie en réalité... aux ménages disposant des revenus les plus confortables. Et c'est en particulier le cas pour les taux de TVA réduits dans les secteurs de la restauration, de l'hôtellerie et des biens culturels. Une conclusion finalement assez logique, puisque les ménages aux revenus modestes restreignent leur consommation en livres, cinéma, théâtre et se privent plus souvent de restaurant ou d'hébergement coûteux lors des vacances, comme l'hôtel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess