Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prime à la casse : le gouvernement veut durcir les critères d'attribution

-
Par , France Bleu

Victime de son succès, la prime à la casse devrait être rabotée. Ces aides financières (comprises entre 1.000 et 5.000 euros) qui permettent d'acheter une nouvelle voiture coûtent cher à l'Etat. Le gouvernement veut donc réduire la facture et durcir les conditions d'attribution.

Avec cette prime, on peut toucher de 1 000 à 5 000 euros en fonction de ses revenus, du nombre de kilomètres parcourus et du type de véhicule.
Avec cette prime, on peut toucher de 1 000 à 5 000 euros en fonction de ses revenus, du nombre de kilomètres parcourus et du type de véhicule. © Maxppp - Aurélien Laudy

Depuis le lancement du dispositif, la prime à la conversion connait un véritable succès avec près de 300 000 primes versées. Si on reste sur ce rythme, on dépassera largement les 450 000 primes versées d'ici décembre 2019  soit un coût de 900 millions d'euros. C'est beaucoup plus que les 596 millions prévus dans le budget initial. L'Etat veut donc serrer la vis, durcir les règles d'attribution. France Bleu fait le point sur les pistes à l'étude. 

Bannir les diesels les plus anciens de la liste des voitures éligibles

Le gouvernement fait un constat : la moitié des voitures achetées grâce à cette prime sont des diesels. L'une des pistes est donc de bannir de la liste des voitures accessibles, les diesels d'occasion les plus anciens pour favoriser l'électrique ou l'hybride. L'idée serait ainsi d'exclure les diesels de norme Euro 5, c'est à dire ceux d'avant 2014.

Ne plus subventionner les voitures les plus luxueuses

Depuis janvier, une centaine d'automobilistes a acheté des modèles de plus de 50.000 euros. Pour réduire la note, Bercy envisage donc aussi de ne plus subventionner les voitures les plus luxueuses. Un phénomène qu'il faut toutefois relativiser. La prime profite en grande majorité aux ménages non imposables.

Ces pistes de réflexion pourraient se concrétiser avant la fin de l'été, alors ne tardez pas trop si vous avez l'intention de changer de voiture !