Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prime d'activité : afflux de demandes à la CAF du Loiret

lundi 14 janvier 2019 à 5:36 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

La prime d'activité nouvelle formule provoque un afflux de demandes dans les Caisses d'allocations familiales : dans le Loiret, la CAF a enregistré 6 fois plus de demandes depuis le 1er janvier que l'an passé à la même époque. Mais elle affirme qu'elle pourra traiter tous les dossiers à temps.

Près de 2 000 demandes de prime d'activité ont été enregistrées à la CAF du Loiret depuis le 1er janvier, 6 fois + que l'an passé à la même époque.
Près de 2 000 demandes de prime d'activité ont été enregistrées à la CAF du Loiret depuis le 1er janvier, 6 fois + que l'an passé à la même époque. © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

En ce début d'année, les Caisses d'allocations familiales (CAF) connaissent un afflux de demandes sans précédent. C'est la conséquence des changements concernant la prime d'activité, qui a été à la fois revalorisée et élargie

6 fois plus de demandes

Jusqu'ici la prime d'activité était réservée à ceux dont les revenus ne dépassaient pas 1,3 SMIC. Ce plafond a été porté à 1,5 SMIC (soit 1 800 € nets par mois). Le montant a en outre été revalorisé - en réponse au mouvement des Gilets Jaunes -jusqu'à 90 euros de plus par mois pour une personne au SMIC. Pas étonnant donc que le nombre de demandes ait fortement augmenté en ce début d'année : "On a enregistré dans le Loiret 1 993 demandes entre le 1er et le 10 janvier, contre 307 l'an passé sur la même période, détaille ainsi Jean-Yves Prévotat, le directeur de la CAF du Loiret. C'est donc 6 fois plus, et c'est d'ailleurs la même tendance au niveau national."

Un afflux impressionnant, qui intervient à une période traditionnellement chargée pour les CAF : "On a un renouvellement des droits au 1er janvier, avec des opérations qui sont associées pour les allocataires ; combiné à la nouvelle prime d'activité, cela rend la charge particulièrement intense en ce début d'année", reconnaît Jean-Yves Prévotat. Et même si les premières démarches se font sur Internet, l'accueil physique à Orléans et Montargis connaît un véritable pic. Pour autant, la centaine d'agents qui traitent les dossiers des allocataires du Loiret pourront faire face, assure le directeur : "Nous nous étions mis en situation de pouvoir répondre au renouvellement des droits, en anticipant en fin d'année ; nous n'avions pas prévu, bien entendu, les annonces sur la prime d'activité, mais on a mis des moyens supplémentaires pour pouvoir accueillir de manière suffisamment fluide les allocataires, pour l'instant nous sommes en mesure d'y faire face. Aujourd'hui, on peut dire que les dossiers déposés au mois de janvier aboutiront, s'il y a un droit, à un premier paiement début février." Il est toutefois conseillé d'avoir effectué sa demande de prime d'activité avant le 25 janvier pour bénéficier du premier versement qui aura lieu le 5 février.

10 000 bénéficiaires en plus cette année dans le Loiret ?

En 2018, il y avait eu 26 500 bénéficiaires de la prime d'activité dans le Loiret : il pourrait y en avoir 10 000 de plus cette année. Peut-être davantage, car dans l'ancienne formule, seules 77% des personnes pouvant prétendre à la prime d'activité la demandaient effectivement. "A partir du moment où le niveau de la prestation - qui s'élevait en moyenne à 160 € par mois l'an passé - est augmenté, et que le public ciblé est plus large, on peut imaginer qu'il y aura un taux de non-recours plus faible", estime Jean-Yves Prévotat. Interview à écouter ici :

"On constate un afflux" - Jean-Yves Prévotat