Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prime du patron de PSA : "Il touche 18.000 euros par jour, le salaire annuel d'un ouvrier" selon la CGT

mardi 24 avril 2018 à 11:47 - Mis à jour le mardi 24 avril 2018 à 11:52 Par Wyloen Munhoz-Boillot, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Carlos Tavares, patron de PSA, doit recevoir une prime d'un million d'euros. Elle doit lui être accordée ce mardi à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires du groupe Peugeot Citroën. Julien Wostyn, de la CGT à Mulhouse, dénonce une somme exorbitante.

Carlos Tavares, PDG de PSA, doit recevoir une prime d'un million d'euros.
Carlos Tavares, PDG de PSA, doit recevoir une prime d'un million d'euros. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Mulhouse, France

18.000 euros par jour. C'est ce que gagnerait Carlos Tavares, le patron de PSA, selon la CGT du groupe. Mais c'est aussi ce que gagnerait en un an un ouvrier de l'usine à Mulhouse. Le PDG de Peugeot Citroën doit recevoir ce mardi une prime d'un million d'euros à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires du groupe. 

La CGT de PSA Mulhouse dénonce les sommes versées au PDG. Pour Julien Wostyn, délégué central de PSA Mulhouse, la situation n'a jamais été aussi bonne pour les dirigeants du groupe. Mais elle se dégrade pour les ouvriers : "On n'a jamais été aussi peu dans les usines et on n'a jamais travaillé autant". 

C'est une prime à la casse de l'emploi que reçoit Carlos Tavares"

Le syndicat se dit d'autant plus choqué que cette rémunération exceptionnelle est liée au plan de redressement d'Opel par PSA. Ce plan va se traduire par 3.700 suppressions de postes d'ici 2020 en Allemagne. Julien Wostyn parle d'une "prime à la casse de l'emploi". "Depuis trois ans que Carlos Tavares est à la tête de PSA, il a supprimé des milliers d'emplois. Là, il rachète Opel. Il va encore supprimer des milliers d'emplois et il touche de l'argent pour ça."

Selon le document de référence de PSA, la prime qui doit être accordée à Carlos Tavares va porter sa rémunération totale à 6,7 millions d'euros au titre de l'année 2017. En 2016, son augmentation de salaire avait déjà suscité la polémique. 

Début mars, PSA avait annoncé un bénéfice record : 1,9 milliards d'euros pour 2017, en hausse de 11% par rapport à 2016. Le PDG du groupe avait alors promis une prime d'intéressement d'au moins 1.400 euros pour les salariés.