Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Prime du Ségur de la santé : une quarantaine de salariés mayennais vont manifester à Paris ce jeudi

-
Par , France Bleu Mayenne

Les salariés de la fonction publique sont appelés à manifester ce jeudi pour un "Ségur pour tous". Ils réclament le versement d'une prime de 183 euros pour toutes les professions du secteur de la santé. Une quarantaine de grévistes mayennais se déplacent en car à Paris pour manifester.

Frédérique Nay est aide médico-psychologique à Bais, dans le Nord-Mayenne, et ne touche pas la prime mensuelle de 183 euros, prévue par le Ségur de la santé pour d'autres professions.
Frédérique Nay est aide médico-psychologique à Bais, dans le Nord-Mayenne, et ne touche pas la prime mensuelle de 183 euros, prévue par le Ségur de la santé pour d'autres professions. © Radio France - Maïwenn Bordron

Une quarantaine de salariés de la Fonction publique de la Mayenne vont manifester à Paris ce jeudi, à l'appel de Force ouvrière. Ils partent en car à 8 heures de Laval, ils font une halte en Sarthe pour faire monter à bord d'autres manifestants, puis direction Matignon. Ils réclament un "Ségur pour tous". Près d'un an après les annonces du gouvernement, certaines professions sont encore exclues des revalorisations de salaires dans le secteur de la santé. C'est le cas de Frédérique Nay, elle est aide médico-psychologique (AMP) auprès de personnes handicapées dans un établissement de Bais, dans le Nord-Mayenne et elle ne touche pas la prime mensuelle de 183 euros prévue par le Ségur de la santé.

"C'est méprisant"

Frédérique Nay pointe du doigt la situation ubuesque dans laquelle elle se retrouve avec ses collègues de Bais. Au sein du même établissement, certains salariés touchent la prime mensuelle de 183 euros prévue par le Ségur de la santé et d'autres non. "Je travaille dans un établissement qui est complexe puisqu'il a quatre secteurs. Un secteur Ehpad donc là les collègues, depuis le 1er septembre, elles ont la prime Ségur et il y a trois autres secteurs foyer occupationnel, maison d'accueil spécialisée et foyer d'accueil médicalisé. Et ces trois secteurs là n'ont toujours pas la prime Ségur. Alors il y a des pistes puisqu'à force de manifester, on finit par obtenir des petites choses. Mais n'empêche que là, pour le moment, ils mettraient des gens à l'extérieur. C'est intolérable d'entendre ça. _On ne serait pas tous concernés par ça alors qu'on est de la même fonction publique_. La fonction publique hospitalière, même statut, même grade, même métier, donc même salaire, normalement", affirme Frédérique Nay. 

La secrétaire départementale santé de Force ouvrière en Mayenne dénonce la différence qui est établie, par le gouvernement, entre les professions du secteur de la santé. "C'est méprisant parce que qu'est-ce que ça veut dire : travailler auprès d'adultes handicapés, c'est moins bien rémunéré ? On ne mérite pas d'avoir un salaire correct ? C'est inadmissible", insiste-t-elle. Selon Frédérique Nay, les directeurs d'établissement vont avoir des difficultés à recruter dans ces secteurs, qui ne sont pas concernés par la prime Ségur. "Qui veut venir travailler auprès d'adultes handicapés quand on perd plus de 183 euros nets par mois ?", souligne-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess