Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Prime exceptionnelle chez PSA : des salariés débrayent à Metz

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Une soixantaine de salariés de PSA Metz ont débrayé, ce mardi, pour protester contre la politique salariale de l'entreprise automobile. Alors que le PDG, Carlos Tavares, a annoncé une prime exceptionnelle d'intéressement, plusieurs syndicats réclament des augmentations de salaire.

Une soixantaine de salariés ont répondu à l'appel de FO, la CGT et l'UNSA.
Une soixantaine de salariés ont répondu à l'appel de FO, la CGT et l'UNSA. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Malgré l'annonce d'une prime exceptionnelle de 3.810€ pour les salariés de PSA, le compte n'y est pas pour plusieurs syndicats du constructeur automobile (FO, CGT et Unsa). Ils ont appelé à un débrayage, ce mardi, devant plusieurs sites du groupe, dont celui de Metz. Ils étaient une soixantaine de salariés à répondre présents devant l'entreprise qui produit des boites de vitesse.

"Notre PDG nous dit qu'on touche 3.800€ d'intéressement, mais c'est faux !" Juanito Martinez est délégué syndical Unsa sur le site messin. Il conteste le calcul réalisé par la direction. "Il oublie de préciser qu'il y a 600€ de prime "gilets jaunes" à l'intérieur. Donc à l'arrivée on touche 2.900€ de prime d’intéressement. Tout ça après une année exceptionnelle : on a quand même supprimé beaucoup de postes, on a gagné beaucoup d'argent. Et à l'arrivée, on se retrouve avec pas autant qu'on voulait."

Oui aux salaires, non aux primes

"Nous demandions 3.000€ d'intéressement et 1.000€ de primes "gilets jaunes", précise Maryvon Rion, de FO. De plus, cette prime ne sera pas pour tout le monde : il faut gagner au maximum deux fois le smic pour y avoir droit et avoir été présent toute l'année." Mais pour l'ensemble des salariés présents, c'est surtout une augmentation de salaire qui était attendue. "Nous demandions 65 euros bruts par mois, poursuit le délégué FO. C'est un minimum compte-tenu des efforts que nous avons fait. De plus, cela permet de faire perdurer notre système de protection sociale. Les cotisations prises sur nos salaires alimentent le chômage, la retraite et la maladie, alors que les primes non !"

A l'issue de la négociation annuelle obligatoire et après une année qualifié d'"historique" par le PDG du groupe, la direction de PSA a consenti une augmentation comprise entre 1,7% et 2,6%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess