Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Prime exceptionnelle : en Gironde, petites et grosses entreprises se mettent au pli

dimanche 6 janvier 2019 à 15:53 Par Laurine Benjebria, France Bleu Gironde et France Bleu

Plusieurs patrons de Gironde ont accepté de répondre favorablement à l'appel lancé en décembre par Emmanuel Macron : distribuer une prime exceptionnelle défiscalisée pour les salariés touchant jusqu'à 3.600 euros nets par mois.

L'équipe de salariées du spa Soin de Soi à Gradignan va recevoir la prime défiscalisée aux alentours du 25 janvier 2019
L'équipe de salariées du spa Soin de Soi à Gradignan va recevoir la prime défiscalisée aux alentours du 25 janvier 2019 © Radio France - Laurine Benjebria

Gradignan, France

En pleine crise des gilets jaunes, Emmanuel Macron en appelle à la générosité des employeurs avec cette prime exceptionnelle volontaire... la prime dite Macron. Elle est défiscalisée jusqu'à 1.000 euros, réservée aux salariés touchant jusqu'à 3.600 euros nets par mois et versée avant le 31 mars. En Gironde, plusieurs entreprises ont répondu à l'appel du Président de la République et ont décidé de mettre la main à la bourse cette année.  Cela va de la petite entreprise d'une dizaine de salariés au groupe international.

Des grosses entreprises se lancent dans la prime exceptionnelle

Dès l'annonce d'Emmanuel Macron faite en décembre, d'importants groupes ont entendu l'appel : Iliad, Altice, Publicis, Total, mais aussi Filhet-Allard SA Société, un important courtier en assurances basé à Mérignac, en Gironde. Le groupe girondin emploie 1.200 salariés en France, 850 recevront une prime d'ici le 30 janvier. C'est Franck Allard, président du directoire et président du Médef de la Gironde qui l'a annoncé à ses employés en fin d'année. 

"Il ne s'agit pas non plus de faire n'importe quoi et de mettre l'entreprise en péril au prétexte qu'un président de la République a décidé que" - Franck Allard

Mais il reste encore de nombreuses choses à préciser, notamment le montant. Le directoire doit se réunir ce lundi pour définir la méthode de calcul. "Il faut qu'on regarde  si on a les disponibilités, si c'est dans notre capacité, il faut qu'on regarde les équilibres économiques, on ne décide pas comme ça de distribuer mille euros à tout le monde au prétexte que Mr Macron un bon matin a décidé que" explique Franck Allard. 

Franck Allard, président du directoire de Filhet-Allard SAS

Chez les artisans aussi la prime va arriver

Il n'y a pas que les grosses entreprises, les artisans aussi se mettent au pli. C'est le cas du salon de spa "Soin de soi" à Gradignan. La prime devrait tomber dans la prochaine fiche de paye, aux alentours du 25 janvier pour les 15 salariées. En attendant, à l'accueil Catherine Sabourin réfléchit déjà à ce qu'elle compte en faire "gâter ma fille et me faire plaisir". Une prime qui va permettre à Catherine et ses collègues de bien démarrer l'année, mais aussi de les motiver.

"J'ai une équipe en or, on a travaillé comme des dingues, ça fait plaisir de pouvoir récompenser en argent, c'est top" - Nelly Pélissier

Nelly Pélissier, fondatrice de la maison de spa "Soin de Soi" à Gradignan

En 2018, le spa a tourné à plein régime : au 31 décembre 2018, le chiffre d'affaires a augmenté d'au moins 10%, l'objectif lancé en janvier par la patronne a donc été dépassé. Nelly Pélissier avait donc déjà prévu une prime de fin d'année, sauf que là elle va pouvoir profiter de l'exonération pour augmenter la prime : concrètement au lieu de recevoir une somme en net, les salariées recevront l'équivalent du brut. "Une collaboratrice qui était là toute l'année aurait bénéficié d'une prime de 500 euros nets et l'entreprise aurait eu en charges patronales environ 200 - 250 euros de coût donc si on ajoute les deux, on peut estimer la valeur de la prime exceptionnelle à 750 euros" calcule Marie Corral, responsable administrative. Un beau cadeau donc, surtout que le salaire moyen s'élève à 1.700 euros dans ce spa.

Cette exonération, Nelly Pélissier la salue : "c'est un pas vers nous les petites entreprises, parce qu'à chaque fois je pèse tout, je me dis "ah c'est pas raisonnable, mais bon d'un autre côté j'ai envie de motiver". Elle espère qu'une telle mesure sera renouvelée en fin d'année, cela pourrait lui permettre d'en faire bénéficier ses autres salariées, les quatre qui travaillent dans son laboratoire de cosmétique.