Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prison de Borgo : les surveillants veulent des moyens

mardi 12 février 2019 à 10:03 Par Hélène Battini et Didier Arnoux, France Bleu RCFM

Mardi noir dans les prisons de France. Une action nationale est en cours pour plus de sécurité, d’emplois et d’indemnités. À Borgo les surveillants sont mobilisés devant la prison depuis ce mardi 6h00.

Une action nationale est en cours pour plus de sécurité, d’emplois et d’indemnités
Une action nationale est en cours pour plus de sécurité, d’emplois et d’indemnités © Radio France - Didier Arnoux

Corse, France

Une action coup de poing est en cours dans toutes les régions de France où plusieurs syndicats réclament la tenue des engagements pris par le gouvernement en termes de sécurité, d’emplois et d’indemnités. Dans le Sud-Est, l'action se fait devant le centre pénitentiaire de Luynes à Aix-en-Provence et devant la prison de Borgo.

"Une partie des engagements a été respectée"

Stéphane Canuti, porte-parole d'une vaste intersyndicale était en direct dans le journal de 7h00 de RCFM. L’occasion de revenir sur les engagements non tenus de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, lors de sa venue en Corse après l'agression de deux surveillants l'an dernier. "Peu de choses ont été mises en place à ce jour. Une partie des engagements a été respectée, on a des trappes pour faire du menottage, sortir ces détenus de cellule sans plus de risques. Pour ce qui est du matériel, des équipements, des gilets pare-lame et pare-coups, on n’a rien reçu… On demande un peu plus quand même, la classification des établissements, des pistolets à impulsions électriques ça nous éviterait parfois de prendre des coups. L’engagement n’a été respecté que sur le personnel et les trappes, après le reste c’est du blabla…"