Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Privas : mobilisation à l'hôpital Sainte-Marie contre la dégradation des conditions de travail

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Une trentaine de soignants ont manifesté, ce jeudi matin, devant l'hôpital psychiatrique Sainte-Marie à Privas. Alors que l’établissement va être restructuré et modernisé dans les prochaines années, la CGT dénonce le manque de moyens humains et la dégradation des conditions de travail.

Une trentaine de personnels de l'hôpital Sainte-Marie ont manifesté, ce jeudi midi, à Privas en Ardèche.
Une trentaine de personnels de l'hôpital Sainte-Marie ont manifesté, ce jeudi midi, à Privas en Ardèche. © Radio France - Mélanie Tournadre

Une trentaine de salariés de l'hôpital Sainte-Marie à Privas ont manifesté, ce jeudi midi, devant leur établissement. Une mobilisation organisée à l'appel de la CGT. C'est la seconde manifestation en trois jours devant l'hôpital psychiatrique.

"Travailler plus, avec moins de moyens"

Avec banderoles, pétards et fumigènes, la CGT a de nouveau fait entendre sa colère ce jeudi matin devant l'hôpital Sainte-Marie de Privas. Les salariés présents dénoncent notamment les conditions d'attribution de la prime décentralisée. "Les conditions d'attribution de cette prime ont changé ; cette année, elle basée sur l’absentéisme ce qui veut dire que les collègues qui ont été malades touchent moins, ce n'est pas juste" explique Loïc Deval, délégué CGT à l'hôpital Sainte-Marie.

"Ce changement montre bien le management de la direction, l'aspect humain est totalement mis de côté" — Loïc Deval.

Loïc Deval, aide-soignant et délégué CGT.

"Trente suppressions de postes en un an"

Mobilisation de la CGT, ce jeudi midi, devant l'hôpital Sainte-Marie à Privas. - Radio France
Mobilisation de la CGT, ce jeudi midi, devant l'hôpital Sainte-Marie à Privas. © Radio France - Mélanie Tournadre

Alors que l'hôpital Sainte-Marie doit être reconstruit, totalement modernisé d’ici 2022, la CGT dénonce un manque de moyens de plus en plus grave. "Il y a eu au moins trente suppressions de postes de soignants ici en un an" explique Dimitri Aizac, délégué CGT.  "Il y a un vrai manque de moyens, de soignants et de lits".

"Il faut du temps avec les patients en psychiatrie pour pouvoir les soigner !"

"On est de plus en plus stressé, il faut travailler plus vite pour faire des économies mais en psychiatrie il faut du tout pour soigner les patients sinon c'est impossible" explique Stéphane Mascunon, infirmier.

"La rénovation des bâtiments ne suffit pas"

"C'est très bien de rénover l'hôpital il en a besoin mais pour cela on risque de rogner encore sur les conditions de travail et le travail des soignants lui-même" explique Stéphane Mascunon. 

"Un hôpital neuf et joli c'est bien, mais il faut surtout faire du travail de qualité à l'intérieur pour que ce ne soit pas une coquille vide"

Les manifestants expliquent aujourd'hui qu'ils n'ont plus le sentiment de travailler avec mais contre leur direction.

Reportage devant l'hôpital Sainte-Marie à Privas.

Karine Frey, la directrice de l'hôpital Sainte-Marie, fait savoir que des négociations sont en cours au niveau du groupe concernant la prime décentralisée. "Des propositions ont été faites" explique la directrice. "_Nous prenons en compte les problèmes de santé de nos agents_, tous les jours de carence sont payés chez nous et les gens en maladie sont payés pendant trois ans" insiste Karine Frey.

Elle précise : "nous ne sommes pas le seul centre hospitalier à devoir faire des économies et nous devons suivre les budgets pour éviter un déficit abyssal".  "Il est clair que des économies sont nécessaires pour pouvoir mener à bien la reconstruction de l'hôpital dans les années qui viennent, avec le soutien de l'ARS".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu