Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Privatisations : action coup de poing des salariés d'Enedis-EDF et Engie-GRDF à Saint-Étienne

mardi 26 juin 2018 à 11:56 Par Sarah Mansoura, France Bleu Saint-Étienne Loire

En grève depuis le 12 juin contre les annonces de privatisations dans le secteur, les électriciens (Enedis) et les gaziers (GRDF) ont décidé ce mardi de bloquer symboliquement la station de gaz naturel près du stade Geoffroy-Guichard, à Saint-Étienne. Une action peu impactante pour les usagers.

La station GNV située rue de la Tour, près du stade Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, a été bloquée par les salariés dès mardi 27 juin.
La station GNV située rue de la Tour, près du stade Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, a été bloquée par les salariés dès mardi 27 juin. © Radio France - Sarah Mansoura

Loire, France

Les salariés d'Enedis (filiale d'EDF) et de GRDF (filiale d'Engie) ont décidé d'amplifier leur mobilisation, commencée le 12 juin. Ce mardi matin, dès 10 heures, ils ont décidé de bloquer la station GNV (gaz naturel véhicule) de la rue de la Tour à Saint-Étienne, située juste à côté de leur piquet de grève au centre EDF-GDF (Enedis), à proximité immédiate du stade Geoffroy-Guichard.  Ils dénoncent des négociations qui piétinent, avec de "minimes avancées" sur la pérénnisation des sites de Montbrison et Firminy.

Le piquet de grève des salariés d'Enedis et d'Engie est installé depuis le 12 juin, à côté du stade Geoffroy-Guichard. - Radio France
Le piquet de grève des salariés d'Enedis et d'Engie est installé depuis le 12 juin, à côté du stade Geoffroy-Guichard. © Radio France - Sarah Mansoura

Une mobilisation pour le service public

Selon les syndicats, la direction envisage de supprimer 2.500 emplois au sein d'Enedis sur tout le territoire national. Les salariés de l'énergie ont craignent pour leur mission de service public. À Saint-Étienne et à Roanne, ces suppressions pourraient concerner 30 personnes, selon les syndicats.  

Les salariés protestent aussi contre l'augmentation du prix du gaz, qui doit encore être revalorisée au 1er juillet. - Radio France
Les salariés protestent aussi contre l'augmentation du prix du gaz, qui doit encore être revalorisée au 1er juillet. © Radio France - Sarah Mansoura

Un mot d'ordre donc pour la CGT, à laquelle s'est jointe FO depuis ce lundi soir : ne pas braquer les clients. D'autant qu'il est encore question de fermer un centre ligérien ; soit Montbrison, soit Firminy.  "Nous devons faire comprendre aux usagers qu'ils doivent être avec nous", insiste Alain Girod. "Ils ont leur mot à dire sur la fermeture de certains petits sites, comme ceux de Montbrison et Firminy".

Selon lui, la réforme serait également dommageable pour le service public, avec, notamment, des délais d'attente plus longs pour faire réactiver une installation de gaz coupée. 

Action contre actionnaires

L'action, symbolique, vise surtout à protester contre les privatisations annoncées dans le secteur du gaz, et les suppressions d'emploi qui pourraient en découler. Le but ? Couper à la source la vente de gaz naturel. "Cela va embêter notre employeur, Engie, qui ne pourra plus récolter de recettes de la vente de ce gaz", explique Alain Girod, secrétaire départemental Loire de la CGT chez Enedis. 

Grève reconduite "jusqu'à nouvel ordre"

L'assemblée générale donc aussi décidé la reconduction de la grève. Les négociations, achevées hier à minuit hier avec la direction, n'ont "rien donné" pour le secteur gaz, déplore Alain Girod, de la CGT. "Le blocage peut donc durer jusqu'à la semaine prochaine, pourquoi pas", prévient-il.

La station GNV de la rue de la Tour, bloquée depuis ce mardi 27 juin, alimente surtout les véhicules des agents de Saint-Étienne Métropole. - Radio France
La station GNV de la rue de la Tour, bloquée depuis ce mardi 27 juin, alimente surtout les véhicules des agents de Saint-Étienne Métropole. © Radio France - Sarah Mansoura