Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Hausse des prix de l'essence : les distributeurs mis en cause par une étude de la CLCV

mercredi 9 mai 2018 à 7:15 - Mis à jour le mercredi 9 mai 2018 à 8:10 Par Frédéric Chapuis, France Bleu

Les prix des carburants sont au plus haut en France depuis près de quatre ans. Si le contexte international et la hausse des taxes en France expliquent en partie cette flambée, l'association de consommateurs CLCV pointe ce mercredi, la responsabilité des grandes surfaces et des stations-service.

Depuis janvier 2018, le litre d'essence et de diesel à la pompe, a augmenté de 6,5% et 12% selon la CLCV.
Depuis janvier 2018, le litre d'essence et de diesel à la pompe, a augmenté de 6,5% et 12% selon la CLCV. © Maxppp - © Maxppp

Selon les calculs de l'association CLCV, dont l'étude est révélée ce mercredi par franceinfo,  effectués avec les données de l'Union des industries pétrolières et du ministère de l'Economie, les prix des carburants s'approchent de la barre des 1,50€ le litre pour l’essence SP 95 (1,49€) et de 1,40€ pour le gazole. Sur une année, la hausse est de près de 10 centimes par litre pour l’essence (soit 6,5 % de hausse sur un an) et de 15 centimes par litre pour le diesel (soit 12 % de hausse sur un an). Les prix de l'essence sont au plus haut depuis 2014.

Les distributeurs augmentent leurs marges

Si l'augmentation du prix du baril, liée au contexte international (Iran, Proche-Orient, etc.) et à une forte demande mondiale, peut expliquer en partie ces hausses, "son impact a été assez largement amorti par la forte appréciation de l’euro relativement au dollar", tempère la CLCV. "La France a longtemps été le pays avec une forte concurrence dans la distribution de carburant", souligne l'association, qui note que les grandes surfaces ont longtemps pratiqué "des marges de l’ordre de 6 à 7 centimes le litre, correspondant aux plus basses d’Europe." 

Mais depuis le début de cette décennie, la CLCV  remarque que "la hausse tendancielle" atteint "une dizaine de centimes le litre", une marge qui connaît "parfois des hausses ponctuellement fortes". Pour l'essence, la marge était de 11 centimes par litre en moyenne sur l’année 2017. Elle est passée à 13,9 centimes en moyenne depuis le début de l’année 2018. Pour le gazole, la marge était de 11,2 centimes par litre en moyenne sur l’année 2017. Elle est passée à 12,6 centimes en moyenne depuis le début de l’année 2018.

Les prix de l'essence et du diesel au plus haut en France depuis fin 2014. - Maxppp
Les prix de l'essence et du diesel au plus haut en France depuis fin 2014. © Maxppp - © Maxppp

Le poids des taxes en France

L'autre facteur expliquant la hausse des carburants est l'augmentation des taxes, qui ont "beaucoup augmenté du fait de la hausse de la contribution climat énergie", affirme la CLCV qui note que cette hausse est "plus importante pour le diesel car les pouvoirs publics souhaitent effectuer un rattrapage avec la fiscalité de l’essence". Ainsi, le montant total des taxes était de 88,9 centimes par litre en moyenne sur l’année 2017 pour l'essence, et de de 75,2 centimes par litre en moyenne pour le gazole. 

La CLCV prend l'exemple d'un ménage ayant deux véhicules et parcourant 25.000 kms sur l'année. Pour cette famille, l'augmentation du prix du carburant "induit une hausse des dépenses de 180 € environ à l’année." Pour la plupart des ménages ayant une voiture, la hausse des carburants a pour conséquence "un surplus de dépense compris entre 100 et 225 euros à l’année" et touche "plus durement les ménages très dépendants de l’automobile notamment situés en milieu rural ou en banlieue."