Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉOS - Carburants, chauffage au fioul : les annonces d'Édouard Philippe en réponse aux "gilets jaunes"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

A trois jours de la mobilisation des "gilets jaunes" contre la hausse du prix des carburants, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé, ce mercredi matin sur RTL, plusieurs mesures pour accompagner les automobilistes, notamment une prime à la conversion de 4.000 euros.

Le Premier ministre Édouard Philippe, à l'Assemblée nationale.
Le Premier ministre Édouard Philippe, à l'Assemblée nationale. © AFP - Thomas SAMSON

A trois jours des manifestations de colère des "gilets jaunes" contre la hausse du prix des  carburants, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé, sur RTL ce mercredi matin, plusieurs mesures pour accompagner l'augmentation des taxes des carburants. Ces mesures coûteront environ 500 millions d'euros à l'État. Emmanuel Macron sera, par ailleurs, l'invité du 20H de TF1 pour expliquer ces mesures.

"On ne va pas annuler la hausse des carburants" - Édouard Philippe 

"On ne va pas annuler la taxe carbone, on ne va pas annuler la hausse des carburants", a d'abord expliqué Édouard Philippe. "C'est l'un des moyens de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Mais nous avons également entendu le besoin exprimé par les Français d'être accompagné pour cette transition car elle est difficile", a-t-il concédé.

Une prime à la conversion de 4.000 euros pour acheter un véhicule d'occasion 

Edouard Philippe a annoncé l'augmentation et l'élargissement de la prime à la conversion, l'ex-prime à la casse, dès le 1er janvier 2019. Elle va concerner un million de véhicules sur le quinquennat, contre 500.000 initialement prévus. La prime sera portée à 4.000 euros pour les plus modestes, au lieu de 2.000 actuellement, et concernera également l'achat de voitures d'occasion.

"Nous allons développer massivement la prime à la conversion", a résumé Édouard Philippe. "Il s'agit d’accompagner les personnes dans l’acquisition d’un véhicule neuf ou d'occasion qui consomme moins." Cette "super-prime" de 4.000 euros concernera les 20% des Français les plus modestes. Par exemple, "un couple de Français au Smic avec trois enfants. Un couple avec 1,8 Smic et deux enfants. Ils vont être dans la cible." Les personnes non-imposables salariées qui parcourent au moins 60 km aller-retour pour se rendre à leur travail ou qui sont travailleurs indépendants seront également éligibles. Matignon estime que 100.000 automobilistes pourraient en bénéficier.

Les indemnités kilométriques élargies 

"On va viser les grands rouleurs en développant et en élargissant les indemnités kilométriques", a annoncé le Premier ministre. "Nous allons élargir ce système, et notamment pour les petites cylindrées, pour que ceux qui consomment peu en bénéficient." Édouard Philippe a évoqué le chiffre de 60 à 70 kilomètres parcourus par jour. Il n'a pas précisé combien de ménages pourraient être concernés.

Pas de chèque carburant généralisé

Matignon et Bercy sont défavorables à l'idée d'un chèque carburant versé par l'Etat. L'exécutif va en revanche défiscaliser de l'impôt sur les revenus des aides au carburant que touchent des particuliers, essentiellement dans les Hauts-de-France. "C'est une mesure d'accompagnement assez logique versé par certaines collectivités, nous les accompagnons", a dit Edouard Philippe. 

Le covoiturage mieux accompagné 

"Nous allons aussi accompagner le covoiturage et défiscaliser les aides au covoiturage" de certaines entreprises, a expliqué le Premier ministre. 

Une prime pour changer les chaudières au fioul 

Edouard Philippe a aussi annoncé que l'objectif était d'arriver à la fin du chauffage au fioul d'ici dix ans. Le gouvernement va créer une prime à la conversion des chaudières au fioul. Un tiers du coût global des chaudières serait pris en charge. Quatre millions de foyers sont concernés.

Le chèque énergie étendu 

Le montant du chèque énergie, versé aux ménages modestes pour les aider à payer leurs factures d'énergie (gaz, électricité, etc.) va augmenter de 50 euros, pour passer à 200 euros. Il pourra désormais concerner plus de cinq millions de ménage, pour aider les plus modestes à se chauffer, a annoncé Édouard Philippe. "D'abord on va augmenter le chèque énergie. Et puis on, va élargir la cible : passer de 3,6 millions à 5.6 millions de foyers concernés", a-t-il précisé. Le coût de cette mesure est estimé à 200 millions d'euros. 

Des mesures qui coûteront 500 millions d'euros 

L'ensemble de ces mesures représente un coût d'environ 500 millions d'euros à l'État. Elles seront effectives au 1er janvier 2019.

Les blocages des routes samedi seront sanctionnés 

Le Premier ministre a également mis en garde les "gilets jaunes" contre les blocages des routes samedi, rappelant que "la loi s'applique" et que "l'entrave à la circulation, c'est sanctionné". "Je le dis aux Français : vous avez le droit de manifester, bien sûr, mais il faut prendre ses responsabilités et respecter la loi", a-t-il averti, en soulignant qu'il a "le souci de la sécurité des Français" et que le droit de manifester est encadré par la loi et "passe par des déclarations" préalables.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

France Bleu