Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prix du beurre : les bûches légèrement plus chères à Noël en Touraine

mardi 7 novembre 2017 à 16:40 Par Camille Labrousse, France Bleu Touraine

Noël, c'est dans un mois et demi, et alors que prix du beurre continue d'augmenter, que la pénurie se poursuit, les boulangers et pâtissiers mettent en garde. Ils vont être contraints d'augmenter le prix de leurs bûches de Noël.

Dans cette boulangerie de Joué-les-Tours, le patron explique aux clients pourquoi le prix de ses produits augmente
Dans cette boulangerie de Joué-les-Tours, le patron explique aux clients pourquoi le prix de ses produits augmente © Radio France - Camille Labrousse

Tours, France

Alors que les plaquettes de beurre n'ont toujours pas retrouvé le chemin des rayons de nos supermarchés : une question s'impose à un mois et demi de Noël. Aura-t-on des bûches sur les tables du réveillon ? Rassurez vous : oui ! Les pâtissiers arrivent toujours globalement à se fournir, on aura donc bien des bûches, mais un peu plus chères que l'an dernier. Le beurre n'est pas le seul en cause.

S'il n'y avait que le beurre qui augmente, tout irait bien pour Didier Gourreau, artisan boulanger du Fournil de l'Alouette à Joué-les-Tours. Mais depuis des mois, il subit une valse des prix de toutes les matières premières.

Après le beurre, c'est la crème liquide. Les œufs aussi. On paye 15 centimes l’œuf contre 11 d'habitude. Ce n'est pas nouveau, on a également les purées de fruit qui ont augmenté. Les noisettes aussi l'an dernier et elles n'ont pas baissé depuis.

Au Fournil de l'Alouette, le prix du croissant a pris 10 centimes, tout comme les pâtisseries. Pour contenir cette hausse, Didier Gourreau teste en ce moment d'autres recettes, mi margarine mi beurre par exemple.

On est en train de faire des essais. On préfère anticiper, si le manque de beurre se poursuit, pour voir si le résultat de ce mélange est correct. Au niveau de l'aspect et du feuilleté, c'est bon, au niveau du goût on est un peu en dessous.

Mais pour les bûches, remplacer les œufs ou la crème par un autre ingrédient est impossible. Alors leur prix va augmenter de 20 centimes maximum pour arriver à 3,60 euros la part.

Les boulangers-pâtissiers ont peu d'inquiétude pour Noël, il devrait y avoir suffisamment de beurre. En revanche, ils s'inquiètent pour la suite et s'interrogent : y'aura-t-il suffisamment de beurre pour les galettes des Rois, qui elles nécessitent beaucoup de matière grasse.