Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Procédure de sauvegarde pour le groupe Orchestra

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

En difficulté, le groupe Orchestra, installé à Saint-Aunès dans l'Hérault, est placé en procédure de sauvegarde pour une durée de six mois.

Le groupe Orchestra emploie 2.500 salariés
Le groupe Orchestra emploie 2.500 salariés © Maxppp -

Saint-Aunès, France

Le tribunal de commerce de Montpellier vient de placer le groupe Orchestra Prémaman en procédure de sauvegarde pour une durée de six mois, qui pourrait, si besoin, être prolongée d'un an. Cette procédure va permettre de suspendre le paiement des dettes, et de réaménager le calendrier de paiement. 

Activité en baisse et déficit en hausse

Le géant spécialisé dans les vêtements pour enfants et la maternité, dont le siège est à Saint-Aunès, traverse une période de turbulences. Après une période de croissance à marche forcée, ses résultats sont en baisse depuis plus de quatre ans et ses comptes dans le rouge: l'an dernier particulièrement, Orchestra a terminé son exercice avec 88 millions d'euros de pertes. L'activité, explique la marque, a été plombée notamment par le mouvement des gilets jaunes

Cours suspendu

En ce début de semaine, le titre a été suspendu de cotation en bourse avec un cours à 0,38 euros. La direction précise que cette procédure ne veut pas dire liquidation. "Elle va permettre d'engager un redressement dans la sérénité". Pas sûr que ces mots aient rassuré les 2.500 salariés

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu